E. Armand, “Le Clou qu’il faut qu’on enfonce” (1927)

Elsewhere in the archive, you can find a translation of a “Plan for an Anarchist Individualist International,” which appeared in the pamphlet Les Différents visages de l’anarchisme. But it turns out that the “Plan” first appeared as part of this article, the title of which refers to points that must be “hammered home.”

  • E. Armand, “Le Clou qu’il faut qu’on enfonce,” L’en dehors 6 no. 103 (début Mars 1927) 1-2.

Le Clou qu’il faut qu’on enfonce

Bien sûr, il est des clous qu’il faut qu’on enfonce.

Il est des terrains qu’il faut s’y reprendre à plusieurs reprises pour déblayer.

Récapitulons donc.

Nous sommes anarchistes non par idéologie, conception de classe ou altruisme, non par dilettantisme ou recherche de la persécution, mais parce que c’est par l’anarchie que nous voulons être heureux, parce que c’est dans l’anarchie que nous voulons trouver notre bonheur.

L’anarchie ce n’est pas seulement pour nous un système de plus ou moins équitable répartition des utilités économiques, une méthode d’élimination des dominateurs et des dominés, un procédé d’abolition des exploiteurs et des exploités — la fin des armées, des polices, des tribunaux, des monopoles, des privilèges de toutes sortes et de toutes espèces — l’anarchie pour nous est un état de choses présent, réel, actuel ; une vie où nous nous développons sans loi, sans religion, sans morale, sans gouvernement laïque ou ecclésiastique ; sans nous laisser pénétrer par l’influence d’une autorité extérieure à nous.

L’anarchie pour nous, ce n’est pas seulement la Justice économique, l’Egalité, la Fraternité, la Solidarité, el autres abstractions, c’est la réalisation présente du bonheur individuel, conçue, voulue en dehors de toute tutelle ou leçon civile ou religieuse, politique où économique, sociale ou personnelle.

Le bonheur, pour nous — et c’est pour cela que nous nous proclamons « anarchistes » et dans le sens étymologique du mot — c’est de vivre comme il nous convient en hors-légalité, en hors-moralité, en hors-socialité, sans empiéter sur le mode d’exister de ceux qui ne pensent pas comme nous, ou y intervenir — mais eh nous situant en état de légitime défense à l’égard tout autant de ceux qui veulent nous empêcher de vivre comme nous le souhaitons que de ceux qui nous privent des possibilités de le faire.

Nous plaçons le paradis sur la terre, parmi nous ; — c’est maintenant que nous voulons être heureux, jouir de l’existence, vivre et non dans l’au-delà ou au lendemain de la révolution.

Nous considérons comme des endormeurs, des exploiteurs, des paresseux ceux qui reculent la réalisation du bonheur au lendemain de la mort ou de la révolution, dans la Société Future, peu importe qu’ils se dénomment croyants ou athées, socialistes, anarchistes ou révolutionnaires.

Par rapport à l’exploitation de la Société Future, l’en dehors est un organe d’opposition.

Nous pensons qu’une refonte générale de l’état de choses économique — qu’une révolution — dans le sens anarchiste est fonction, conséquence d’une refonte préalable et générale de la mentalité et des mœurs.

Les exemples que nous avons sous les yeux, soit particuliers (mentalité et mœurs des personnes ayant un salaire assuré, tels la plupart des fonctionnaires) — soit généraux (mentalité et mœurs du groupe détenant le pouvoir en Russie actuelle) nous montre que, s’il n’y a pas refonte ou révolution préalable dans les esprits ou la façon de se comporter, il n’y a rien à espérer.

C’est pourquoi nous applaudissons à tout ce qui peut désagréger, corrompre, dissoudre le milieu anarchiste où nous végétons. Nous, le répétons, si jamais elle florit, c’est sur les décombres de la civilisation archiste que s’élèvera la « civilisation anarchiste, ».

Nous ignorons quand celle refonte générale de la mentalité, des mœurs, de l’état de choses économique aura lieu ou si elle aura jamais lieu, mais, nous y travaillons avec toute l’énergie dont nous sommes capables.

Nous y travaillons fout de suite et pour qu’elle ait lieu aujourd’hui même ; en révolutionnaires de tous les jours et non en révolutionnaires à façon ou à jour fixe.

Faire œuvre révolutionnaire pour nous, c’est en public où en privé, par le verbe, l’écrit, l’exemple, faire une propagande amorale, alégale et asociale d’une telle intensité et d’une profondeur telle que chez l’individu qu’elle atteint et qu’elle imprègne aucun retour ou résurrection du « vieil homme » — étatiste ou ecclésiastique — ne soit à craindre.

Nous ne faisons pas cette propagande dans un but altruiste ou finaliste, mais par égoïsme, par réalisme pur — parce qu’il importe à notre bonheur pour l’essai ou la réussite des différentes expériences qu’implique la vie en anarchie que le nombre des individualistes anarchistes s’accroisse toujours plus.

Si jamais il y a révolution totale, elle sera la somme des révolutions individuelles. C’est pourquoi le « lendemain de cette révolution-là » ne connaîtra pas de contre-révolution, personne ne se trouvant là pour commander où obéir, être patron ou exploité, politicien ou juge, policier ou soldat.

Aboutir à un « lendemain de révolution » pour y retrouver des contre-révolutionnaires, c’est de l’énergie gaspillée, de la force gâchée, de l’effort saboté.

Il nous indiffère que notre conception de la révolution concorde ou ne concorde pas avec ce que Bakounine, Stirner, Proudhon, Marx, Reclus, Nietzsche, Louise Michel, Kropotkine, Tolstoï ou autres défunts entendaient par « révolution ». Nous ne sommes pas des hôtes de sépulcre. Il y fait noir ; on y sent le moisi et la pourriture.

D’ailleurs, qu’est-ce que les révolutionnaires à la mode romantique font de plus que les autres ? L’affaire Ascaso-Durutti-Jover nous a montré que leur action anarchiste révolutionnaire ne se manifestait pas de façon spéciale. Nous n’avons pas vu deux cent mille hommes déferler par les rues de Paris et réclamer la mise en liberté immédiate de ces infortunés camarades — ni de grève générale où partielle — ni les cosaques ou les auto-mitrailleuses de « l’armée noire » prendre d’assaut la Santé où le Dépôt — ni aucun membre du Comité de Défense anarchiste rougir de son sang généreux les pavés des rues avoisinant ces maisons d’arrêt. Comme s’il s’agissait de simples: légalistes, toute cette agitation a fini par la promesse qu’une loi sur l’extradition déjà votés par le Sénat, allait l’être par la Chambre dans le plus bref délai possible. Si l’on veut que ce soit là un résultat anarchiste révolutionnaire, je le veux bien, mais enfin de pauvres « pacifistes » et de vulgaires « éducationnistes » n’auraient pas fait mieux. Mettre en branle politiciens ambitieux et journaux émargeant aux fonds secrets n’est pas spécifiquement anarchiste.

Quelle différence y a-t-il entre cette façon de procéder et celle de l’ami Meniconi Fioravante qui adresse un pourvoi en cour de cassation de Rome pour obtenir annulation de son jugement de déportation en Tripolitaine ? Encore, ce faisant, n’engage-t-il que lui personnellement (1) et nul milieu.

On nous signalé souvent le statisme et l’inconséquence économique de certains individualistes.

Nous savons fort bien qu’il est des individualistes qui se prétendent anarchistes et dont les regards demeurent fixés, comme en un sommeil hypnotique, sur quelques sages de l’antiquité gréco-romaine ; Socrate, Platon, Zénon, Protagoras, Epictète, Epicure, Diogène…Marc-Aurèle enfin (un type réussi d’anarchiste, par exemple, que cet empereur, donc législateur, chef d’armée, etc. !).

Nous savons également qu’il y a des individualistes propriétaires de maisons, qu’ils n’habitent pas, de terrains qu’ils ne font pas valoir par eux-mêmes, de magasins ou ateliers où ils emploient des salariés qui ne touchent pas le produit intégral de leur travail.

Les uns et les autres savent que nous trouvons ces « en dehors » singulièrement « en arrière » ou étrangement « en dedans ».

Ce qui ne veut pas dire que, tombant dans l’exagération opposée, nous demandions au camarade artisan qui peut avoir besoin d’aide occasionnel, de partager le produit de son travail avec qui ne participe pas à ses perles ou à ses aléas.

Et, au point individualiste, il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas exploitation là où travaillant pour le compte d’autrui, on reçoit le même produit de son travail que si on œuvrait pour son compte, étant en possession du moyen de production individuel.

Nous ne croyons pas à la possibilité de réalisation anarchiste du communisme au point de vue sociétaire. Le communisme sociétaire ne peut pas être réalisé autrement qu’autoritairement, car dans tout milieu humain établi sur la base de la liberté de choix où du déterminisme individuel, le nombre des individus sera nombreux qui prendront le communisme pour ce qu’il est : une exploitation de l’unité-hétérogénéité par l’ensemble-homogénéité, une évasion du risque, une crainte de l’expérimentation multilatérale, une conception entomologique. Dans une « société consciemment libre » , il est infiniment probable que les partisans du communisme sociétaire constitueraient une minorité toujours plus infime.

D’ailleurs, communisme n’est en aucune façon synonyme d’anarchisme. On peut être anarchiste et ne point se préoccuper de l’aspect économique de l’anarchie. On peut être individualiste anarchiste et résoudre uniquement pour soi le problème économique, préférant certes qu’il y en ait plus que moins dans son assiette, mais sans en faire un laminoir ou un éteignoir. Le tout est qu’on ne fasse pas un dogme de son mode de débrouillage personnel.

Quel clou faut-il donc qu’on enfonce, quelles propositions apportons-nous ?

Celles-ci.

En premier lieu, recherche du bonheur individuel — isolement ou en association — par une propagande révolutionnaire (iconoclaste, destructrice de préjugés, socialement désagrégeant, de tous les jours et de toutes les heures) dans la mentalité et dans les mœurs de qui vient en contact avec nous ou que nous pouvons atteindre ou imprégner.

En second lieu : l’Anarchie pour les anarchistes et non point pour les syndicalistes, les libres penseurs ou autres, assez grands garçons pour faire leurs affaires eux-mêmes. Réalisation concrète, conséquence logique du fait que si nous sommes des asociaux, nous sommes éminemment sociables : Formation d’une Internationale individualiste anarchiste basée pour commencer sur les réalisations suivantes :

A) D’ordre intellectuel : Groupes d’éducation anarchiste basés sur le libre examen et la libre discussion des méthodes, des systèmes s’adressant à l’intellect. Consolidation et sélection de mentalités réfractaires à tout enseignement unilatéral, ou dogmatique ou de classe.

Création d’écoles (écoles du jeudi, écoles de vacances, écoles du soir, si on ne peut pas faire mieux) dont le but est de faire chez l’enfant table rase des notions préconçues, des préjugés héréditaires et de les préparer à acquérir une mentalité capable de résister aux attaques et aux empiétements du spiritualisme, de l’idéologie doctrinale, de la moralité bourgeoise ou de la morale de classe ; aux séductions des prêcheurs de paradis ou de société future — une mentalité de démolisseur-reconstructeur, un tempérament d’irrésigné-expérimentateur.

Quand nous parlons d’écoles anarchistes, nous entendons par là des écoles ne recevant aucune subvention ou subside des fonds secrets ou des fonds de secours du Ministère de l’Intérieur ou de l’Instruction Publique.

Quand nous écrivons « éducation anarchiste », cela n’a rien à voir avec une exhibition théâtrale et itinérante de troupes d’enfants dont le résultat le plus clair est la création d’une mentalité d’histrions ou de bateleurs, quand ce n’est pas pire.

De même qu’on peut vouloir se consacrer uniquement à la propagande individualiste d’ordre intellectuel ou éducatif — on peut n’être amené à l’individualisme anarchiste que par ses méthodes d’éducation, ses procédés d’enseignement.

B) D’ordre récréatif : Art, littérature, jeux conçus et voulus en dehors des conceptions classiques, du texte reçu — autrement que dans un but social ou dans l’intérêt d’une classe, etc.

De même qu’on peut vouloir se borner uniquement à la propagande individualiste dans le domaine littéraire, artistique, dans la sphère des jeux — on peut être attiré vers l’individualisme anarchiste par sa façon adogmatique, hors-école, indépendante de l’esprit de classe, de concevoir l’art, la littérature, les jeux.

C) D’ordre sexologique : Émancipation sentimentale et sexuelle de l’individu-unité. Thèse de l’abolition de la cohabitation et de la famille, ou thèse de la vie en commun sans tenir compte ou prendre au sérieux famille et cohabitation. Thèse de la maternité fonction purement individuelle et affaire exclusive de la mère. Thèses diverses en réponse aux problèmes que soulève la question sentimentalo-sexuelle : liberté sexuelle, amour libre, associationnisme érotico-sentimental, camara­derie amoureuse, campagne contre la jalousie. Thèse de l’exclusivisme et de l’unicité en amour comme obstacle à la pratique de la camaraderie efficace, d’une plus ample réciprocité, etc. Thèse de l’interchangeabilité des éléments des associations de cohabitation. Thèse de l’enfant s’appartenant à lui-même et mis en situation de choisir aussitôt que possible son milieu familial ou ses éducateurs ou initiateurs, etc., etc…

De même qu’on peut se limiter exclusivement à une propagande visant uniquement la destruction des préjugés sentimentalo-sexuels, la jalousie, l’exclusivisme en amour, la pudeur, la conception archiste de la famille ou de la cohabitation, etc., on peut être amené à l’individualisme anarchiste par la façon dont on y traite librement de ces questions, par les solutions audacieuses qu’on y apporte.

D) D’ordre économique : Toute réalisation visant à ce que, dans ce domaine comme ailleurs, l’unité-individu reçoive, associé ou non, selon son effort et spécialement au point de vue économique — à ce que l’unité-producteur reçoive le produit intégral de son travail. Plus s’amincit la marge qui sépare l’unité-producteur de la conquête du produit intégral de son travail et plus proche est la réalisation de la conception individualiste anarchiste. Une des premières conditions est la suppression des intermédiaires.

D’où création d’associations d’artisans agricoles, industriels ou intellectuels, échangeant entre eux leurs produits.

(Nous défendons ici cette thèse que tout autant la surpopulation, la production « en troupeaux » est contraire à l’esprit individualiste. Le travail en troupeau engendre l’esprit grégaire, uniformiste, conformiste, majoritaire, militariste.)

Caisses ou associations d’assurances contre les aléas de la vie en anarchie, quels qu’ils soient : maladie, chômage, vieillesse, emprisonnements pour un motif quelconque, exil, incapacités temporaires ou définitives.

Caisses ou associations de crédit destinées à faire des avances aux camarades artisans agricoles, industriels, intellectuels, souhaitant s’évader du patronat. Cela sous certaines conditions de garantie et sans prélèvement d’un intérêt autre que celui nécessaire au fonctionnement desdites associations. Émissions de chèques ou bons (ayant pouvoir circulant international) d’échange, entre tous les adhérents à cette internationale.

Il reste, bien entendu, à établir les modalités et à rédiger les statuts ou contrats permettant à pareilles associations de fonctionner en régime capitaliste ou étatiste. Le but visé est la création de centres, cellules ou de laboratoires où sans attendre « le grand soir » ou « le lendemain de la révolution » les individualistes anarchistes puissent se rendre compte de la valeur pratique et technique de leurs thèses ou de leurs aspirations.

E) Mais cette Internationale de réalisations est conséquente à une mentalité générale de camaraderie absolument différente de la mentalité petit-bourgeois, petit-rentier, petit-pompier qui caractérise tant d’anarchistes, de révolutionnaires, d’hommes et de femmes qui se proclament d’avant-garde à s’en décrocher la mâchoire. Si la fréquentation des anarchistes nous expose à retrouver chez eux la mentalité du mercanti d’en face, de la croyante d’à côté, de l’électeur du coin, autant rester chez soi. Si c’est pour rencontrer dans les milieux anarchistes l’hypocrisie et le mensonge des milieux petit-bourgeois — autant ne pas les fréquenter. Si c’est pour s’abaisser à toutes les constrictions et restrictions en usage chez les petits-rentiers, peste soit des camarades et de la camaraderie !

La fréquentation des camarades s’explique par la recherche du bonheur individuel, parce qu’on attend à trouver une mentalité et des mœurs autres que chez les petits-pompiers de l’ambiance sociale ; la fréquentation entre camarades sous-entend donc la mise à son profit personnel — à charge de revanche — de cette mentalité et de ces mœurs.

Nous appelons « milieu de camaraderie individualiste anarchiste » un milieu affinitaire où, en dehors de toute immixtion où ingérence extérieure à ses constituants, chacun accomplit un effort soutenu et persévérant pour que ledit milieu prospère et s’accroisse et en retire, par le jeu de la réciprocité, la satisfaction de ses désirs ou de son déterminisme particulier. N’est pas un milieu de camarades celui où l’on peut éprouver le sentiment qu’on a donné davantage qu’on a reçu ou reçu davantage qu’on a donné, qu’on a été “ roulé ”, à un point de vue ou à un autre.

Fréquenter des anarchistes pour s’y trouver aussi malheureux que parmi les archistes, le jeu n’en vaut pas la chandelle…

Fréquenter des anarchistes pour y étouffer dans une atmosphère de mutilation intellectuelle ou d’estropiement de la vie des sens, cela n’en vaut vraiment pas la peine.

Et une Internationale individualiste anarchiste n’est possible que si ceux qui la compose possèdent d’abord une mentalité et des mœurs à eux, bien à eux, dégagées de la crainte d’expérimenter, affranchies de la peur de vivre.

Une Internationale de ce genre ne saurait avoir pour organe un journal en une maison d’éditions, ceci afin d’éviter qu’elle en dépende ou qu’il dépende d’elle. A nôtre sens, elle ne saurait avoir d’organe attitré, mais, sans rien perdre de son autonomie, insérer ses avis ou ses communiqués, donner de ses nouvelles dans tous les organes amis.

On peut admettre qu’un journal comme l’en dehors impulse ou anime des associations à effectif restreint (Compagnons. de l’en dehors; — association contre la jalousie — groupe d’étude des thèses sexuelles spéciales à notre propagande — club nudiste — colonie paysanne — groupement d’irréguliers du travail — écoles) mais une association de large envergure ne saurait selon nous impliquer qu’un bureau statistique ou de renseignements dont l’administration, autonome, serait absolument indépendante, de par ses éléments, de toute œuvre de publications ou d’éditions.

L’exemple du Libertaire nous montre qu’un moment vient où les intérêts du journal se confondent tellement avec ceux de l’Association dont il est l’organe qu’on en arrive à ne plus considérer comme des camarades ceux, qui tout en partageant la même conception économique, restent à l’écart de ladite organisation.

De là à agir plus ou moins sournoisement pour réduire au silence les organes d’opposition, le pas ne met point longtemps à être franchi.

Nos lecteurs savent que l’en dehors ne s’est jamais prétendu le seul organe individualiste anarchiste (sous son aspect associationniste). Non seulement cette outrecuidance où cette sottise nous est étrangère mais nous entendons réserver toute notre autonomie pour mettre l’accent sur certains aspects de la propagande individualiste anarchiste qui nous tiennent particulièrement à cœur.

Qu’on se rassure donc, l’en dehors ne veut pas devenir l’organe de l’Internationale individualiste anarchiste dont nous venons d’esquisser les grandes lignes. Nous avons trop à faire déjà avec ce qui nous incombe. Nous avons voulu en appeler à ceux qui veulent sortir de la théorie pour faire de la réalisation, abandonner l’agitation pseudo-révolutionnaire pour la leçon de choses pratique.

Dans le dernier Bulletin de l’Integrale, Victor Coissac écrit que la presse communiste ou socialiste ou révolutionnaire dépense 35 millions par an… Nous ne savons où il a puisé ce chiffre. On pourrait comparer le résultat à un chat courant après sa queue sans être loin de la vérité. Supposez que: depuis un demi-siècle ladite presse se soit préoccupée de favoriser la création de groupements à mentalité et à mœurs révolutionnées (en dehors même de toute réalisation d’ordre économique), croit-on que la vague de réaction et de mysticisme qui est en train de submerger le monde aurait trouvé rivage où déferler? Supposez qu’à ces groupements se soient jointes des associations d’ordre économique, composées d’éléments travailleurs, croit-on que la situation de ces éléments ne serait pas plus heureuse ? Car vous aurez beau tempêter, vous faire mettre en prison, flatter le peuple, organiser des cortèges dans les rues, promener des emblèmes sur la place publique, si vous n’êtes pas plus capables que les bourgeois de vous rendre, entre vous, la vie heureuse, agréable, facile, joyeuse, sinon délivrée du souci économique, immédiat — si vous n’êtes pas parvenus à vous délivrer de la souffrance inutile et des préjugés sociaux qui restreignent et contraignent la joie de vivre individuelle — quelle fatuité vous pousse à prétendre à l’administration des choses ? Vous ne vous y conduiriez pas mieux que les petits bourgeois, les petits rentiers et les petits pompiers qui gouvernent ou régentent le milieu humain actuel. Pas un sou, pas un homme pour que, sous un autre déguisement, ce soit la médiocratie qui consolide son règne,

— E. Armand.


(1) Comme n’engageaient qu’eux-mêmes les membres, du « Comité des Amis d’Armand » composé de personnes appartenant à toutes sortes d’opinions dont les démarches ne pouvaient compromettre en rien l’anarchisme, en tant qu’idée ou milieu. Ils ne me considéraient pas comme un anarchiste, mais comme un publiciste condamné à tort, ce qui me fit dire par l’un d’eux que si j’avais été de « l’Action Française », il se serait occupé de moi avec le même zèle. Ceci dit : que ce soit par la ruse ou autrement, l’essentiel est que Ascaso, Durutti et Jover ne soient pas livrés à la police argentine.

About Shawn P. Wilbur 2300 Articles
Independent scholar, translator and archivist.