Anselme Mauzé in “l’en dehors” (1930-1938)

There are any number of contributors to anarchist journals who may not attract attention with their contributions, despite their quantity and regularity. I will confess that Anselme Mauzé’s contributions to l’en dehors did not catch my eye until I decided to identify the author of the entry on “Unité” in the Encyclopédie Anarchiste

Once I was aware of him, I found short “Citations” in more than fifty issues, along with a variety of other short contributions.

  • A. Mauzé, “La perfection humaine,” L’en dehors 9 no. 174 (mi-Janvier 1930): 7.
  • A. Mauzé, “Strophes sur la sagesse,” L’en dehors 9 no. 179 (fin Mars 1930): 2.
  • A. Mauzé, [“L’ambition personnelle de la fortune…”], L’en dehors 10 no. 206-207 (15 Mai 1931): 12.
  • A. Mauzé, [“Il n’y a’que les égoïsmes intelligents…”], L’en dehors 10 no. 206-207 (15 Mai 1931): 16.
  • A. Mauzé, “Réponse à E. Armand pour ses « Questions qu’on ne poserait pas ailleurs »,” L’en dehors 10 no. 210-211 (15 Juillet 1931).
  • A. Mauzé, [“A l’exception d’une élite sympathique…”], L’en dehors 11 no. 226-227 (15 Mars 1932).
  • A. Mauzé, [“Pourquoi fais-tu confiance à ceux-ci…”], L’en dehors 11 no. 232-233 (15 Juin 1932): 113.
  • A. Mauzé, [“Dès qu’il y «a un privilège à la clé…”], L’en dehors 11 no. 234-235 (15 Juillet 1932): 131.
  • A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 11 no. 240-241 (15 Juillet 1932): 131.
  • A. Mauzé, “A propos d’ainsi chantait un en dehors,” L’en dehors 12 no. 248-249 (mi-Février 1933) iv.
  • A. Mauzé, [“Il n’y a pas que la bêtise…”], L’en dehors 11 no. 262 (mi-Septembre 1932): 168.
  • A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 14 no. 266 (mi-Janvier 1934): 34.
  • A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 14 no. 266 (mi-Janvier 1934): 43.
  • A. Mauzé, [“Pamphile est l’homme qu’il faut…”], L’en dehors 14 no. 267 (mi-Février 1934): 55.
  • A. Mauzé, [“C’st la distinction…”], L’en dehors 14 no. 269 (mi-Avril 1934): 89.
  • A. Mauzé, [“Pour vivre heureux et libre…”], L’en dehors 14 no. 270 (mi-Mai 1934): ii.
  • A. Mauzé, [“Il importe de bien connaitre…”], L’en dehors 14 no. 273-274 (mi-Août-mi-Septembre 1934): 145.
  • A. Mauzé, [“Pour vivre heureux et libre…”], L’en dehors 14 no. 275 (mi-Mai 1934): 169.
  • [in progress]

La perfection humaine

La perfection humaine serait une connaissance et une adaptation parfaite d’une vie également parfaite ; c’est-à-dire, libre, heureuse et durable. Mais, cet idéal ne peut s’obtenir qu’à l’aide d’un juste amour, unissant une majorité (au moins en puissance) d’humains dans un même but de bonheur réel, toujours conforme à la vie.

Ainsi se créerait, ou se développerait, l’instinct supérieur, absolu, de cette vie idéale et parfaite.

Cet instinct existe déjà chez beaucoup, mais les difficultés inhérentes à l’injustice et à l’autorité sociales, le détruisent ou le paralysent. Il faut nécessairement que chacun observe la loi morale de liberté réciproque, pour que puisse triompher la vie en beautés et en durée. — A. Mauzé.

A. Mauzé, “La perfection humaine,” L’en dehors 9 no. 174 (mi-Janvier 1930): 7.

Human Perfection

Human perfection will be a perfect knowledge and adaptation of an equally perfect life—a life that is free, happy and lasting. But that ideal can only be reached with the aid of a genuine love, unity a majority (at least potentially) of human beings in a single aim of real happiness, always adapted to life.

Thus will be created, or will develop, the superior, absolute instinct of that ideal and perfect life.

That instinct already exists in many, but the difficulties inherent in social injustice and authority destroy or paralyze it. It is necessary that each observes the moral law of reciprocal liberty, so that life may triumph in beauty and length. — A. Mauzé.

Strophes sur la Sagesse

Chaque âge a ses amours, ses plaisirs et ses peines,
Et la sagesse veut qu’on choisisse à propos,
Les plaisirs naturels et le juste repos
Et qu’on puisse, en tout temps, vivre pour ce qu’on aime.

L’amour est déjà beau quand il est naturel.
Mais, quand il évolue en élevant l’espèce,
Il devient conscient, profond, spirituel,
Et le temps le transforme en progrès et sagesse.

………………………………………………………….

Si les humains voulaient, ils pourraient être heureux,
En utilisant mieux la nature embellie :
L’enfant serait content, véridique et joyeux ;
L’étude et les travaux seraient en harmonie.

La femme aurait son droit d’amour-égalité
Dans ce monde éclairé, généreux, scientifique,
Où pose enfin, la vraie fraternité
De la compréhension et du cœur sympathique.

………………………………………………………….

L’éternelle sagesse est l’éternel amour
Car on retient d’abord, et l’on veut ce qu’on aime ;
L’intelligence, après, résoudra le problème.
Mais c’est le sentiment qui précède toujours.

A. Mauzé

A. Mauzé, “Strophes sur la sagesse,” L’en dehors 9 no. 179 (fin Mars 1930): 2.

Stanzas on Wisdom

Each age has its loves, its pleasures and its sorrows,
And wisdom dictates that we choose appropriately,
Natural pleasures and just repose
And that we can, at all times, live for what we love.

Love is already beautiful when it is natural.
But when it evolves by elevating the species,
It becomes conscious, profound, spiritual,
And time transforms it into progress and wisdom.

………………………………………………………….

If human beings wished, they could be happy,
Making better use of embellished nature:
The child would be glad, truthful and full of joy;
Study and labor would be in harmony.

The woman would have her right to love-equality
In this enlightened, generous, scientific world,
Where we have finally established the true fraternity
Of the understanding and the sympathetic heart.

………………………………………………………….

The eternal wisdom is eternal love
For we hold on, first of all, and desire what we love;
Afterwards, intelligence will resolve the problem.
But it is always sentiment that comes first.

A. Mauzé

L’ambition personnelle de la fortune ou des privilèges est un signe de vulgarité, de vanité et d’inconscience. Quelles que soient ses idées, l’ambitieux qui réussit rétrograde moralement.

A. Mauzé.

A. Mauzé, [“L’ambition personnelle de la fortune…”], L’en dehors 10 no. 206-207 (15 Mai 1931): 12.

Individual ambition for fortune or privileges is a sign of vulgarity, vanity and lack of conscience. Whatever their ideas, the ambitious who are successful backslide morally.

Il n’y a que les égoïsmes intelligents, naturels et sains qui puissent utilement s’associer et se maintenir, malgré les modifications qu’apportent le jugement, la volonté, la conduite individuelle.

A. Mauzé.

A. Mauzé, [“Il n’y a’que les égoïsmes intelligents…”], L’en dehors 10 no. 206-207 (15 Mai 1931): 16.

It is only intelligent, natural, and healthy egoisms that can usefully combine and maintain themselves, despite the modifications brought about by judgment, will, and individual conduct.

Réponse à E. Armand pour ses
« Questions qu’on ne poserait pas ailleurs »

Ami !

Le lien qui peut rendre les humains heureux, fraternels et justes, existe éternellement.

Mais ce lien, si doux et si puissant, est généralement méconnu — et mème inconnu — à cause de l’aveuglement inconscient ou vanité des humains.

Cet éternel et universel lien est Amour.

Et dans l’ordre politique, intellectuel, spéculatif, rien ne peut atteindre ses buts libérateurs.

Seul, l’amour pur et libre postule toutes les jouissances, toutes les voluptés possibles.

La jouissance est, en effet, la suprême raison de la vie.

L’amour évolue comme la vie, en nous apportant toujours du nouveau — du meilleur — dans le travail, la production, comme dans le plaisir.

Celui ou celle qui contribué à notre bonheur, est bien le véritable frère, la plus aimable sœur…

Il faut, cependant, éviter le dangereux — l’imparfait — mélange.

Et si tu veux être un Samson
— Un heureux qu’on envie —
Ecarte prudemment Dalila de ta vie.

A. Mauzé.

A. Mauzé, “Réponse à E. Armand pour ses « Questions qu’on ne poserait pas ailleurs »,” L’en dehors 10 no. 210-211 (15 Juillet 1931).

Response to E. Armand and his
“Questions You Wouldn’t Ask Elsewhere”

My friend!

The link that can make human beings happy, fraternal and fair exists eternally.

But that link, so sweet and powerful, is generally misunderstood — even unknown — because of the unconscious blindness and vanity of humans.

That eternal and universal link is Love.

And in the political, intellectual and speculative orders, nothing can attain its liberatory aims.

Only pure, free love postulates every enjoyment, all possible delights.

Enjoyment is, indeed, the supreme reason for life.

Love evolves like life, always providing something new in us — something better — in labor and production, as in pleasure.

The man or woman who contributes to our happiness is indeed the true brother, the most loveable sister…

You must, however, avoid the dangerous — the imperfect — mixtures.

And if you want to be a Sampson
— A fortunate man and envied —
Wisely remove Delilah from your life.

A l’exception d’une élite sympathique, conséquente et libertaire, on peut dire que l’égoïsme vaniteux, illogique, et cruel, est l’apanage de tous les milieux. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“A l’exception d’une élite sympathique…”], L’en dehors 11 no. 226-227 (15 Mars 1932).

With the exception of an agreeable, consistent and libertarian elite, we can say that selfishness—vain, illogical and cruel—is the prerogative of every milieu.

Pourquoi fais-tu confiance à ceux-ci plutôt qu’à ceux-là, puisque tous veulent t’en imposer ?

A. MAUZÉ.

A. Mauzé, [“Pourquoi fais-tu confiance à ceux-ci…”], L’en dehors 11 no. 232-233 (15 Juin 1932): 113.

Why trust these, rather than those others, when they all want to impose on you?

Dès qu’il y a un privilège à la clé, il faut douter de la pureté et de la sincérité des postulants. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“Dès qu’il y «a un privilège à la clé…”], L’en dehors 11 no. 234-235 (15 Juillet 1932): 131.

As soon as there is a privilege at stake, we must doubt the purity and sincerity of the candidates.

L’amour pur de la vie est le fondement naturel et l’unique morale universelle et vitale. — A. Mauzé.

  • A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 11 no. 240-241 (15 Octobre 1932): vi.
  • A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 14 no. 266 (mi-Janvier 1934): 34.

The pure love of live is the natural foundation and the only universal, vital moral principle. — A. Mauzé.

à propos d’ainsi chantait un en dehors

à E. ARMAND.

Ils ne m’émeuvent point, tes cris de volupté.
Je n’en aime pas moins, pour sa sincérité,
Son art, son sentiment, chacun de tes poèmes,
Où tu sais, affranchi, rester toujours toi-même.

A. Mauzé.

A. Mauzé, “A propos d’ainsi chantait un en dehors,” L’en dehors 12 no. 248-249 (mi-Février 1933) iv.

Regarding ainsi chantait un en dehors

to E. Armand.

They do not move me, your cries of pleasure.
I love, nonetheless, for their sincerity,
Their art, their sentiment, each of your poems,
Where you, unfettered, always know how to remain yourself.

A. Mauzé.

Il n’y a pas que la bêtise qui donne l’idée de l’infini ; il y a aussi la vanité, non moins erronée, mais moins pitoyable, et souvent plus inique, plus redoutable. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“Il n’y a pas que la bêtise…”], L’en dehors 11 no. 262 (mi-Septembre 1933): 168.

It is not only stupidity that gives the idea of the infinite; there is also vanity, no less false, but less pitiable, and often more iniquitous, more formidable. — A. Mauzé.

Nationale ou anationale, l’autorité constituée, privilégiée, est toujours foncièrement amorale. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 14 no. 266 (mi-Janvier 1934): 34.

TRANSLATION

L’originalité qui n’élève ni l’appétence ni la compétence vitale est pour le moins superflue. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“L’amour pur de la vie est le fondement…”], L’en dehors 14 no. 266 (mi-Janvier 1934): 43.

TRANSLATION

Pamphile est l’homme qu’il faut : il aime, sent et veut ; il est libre, mais respectueux de la liberté d’autrui. Vive Pamphile. -— A. Mauzé.

A. Mauzé, [“Pamphile est l’homme qu’il faut…”], L’en dehors 14 no. 267 (mi-Février 1934): 55.

TRANSLATION

C’st la distinction, le choix — l’application surtout — des vérités les plus utiles. qui crée l’affinité supérieure entre les individus. Mais la fantaisie même peut intéresser, éclairer utilement ; d’où la nécessité de la liberté individuelle. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“C’st la distinction…”], L’en dehors 14 no. 269 (mi-Avril 1934): 89.

TRANSLATION

Pour vivre heureux et libre, il ne s’agit pas de croire et d’obéir, mais d’aimer, savoir et croire conséquemment. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“Pour vivre heureux et libre…”], L’en dehors 14 no. 270 (mi-Mai 1934): ii.

TRANSLATION

Il importe de bien connaître son compagnon avant de faire route avec lui. — A. Mauzé.

A. Mauzé, [“Il importe de bien connaitre…”], L’en dehors 14 no. 273-274 (mi-Août-mi-Septembre 1934): 145.

TRANSLATION

Union, oui, mais sélection d’abord. — A. Mauzé.

 

Union, yes, but selection first of all. — A. Mauzé.

ORIGINAL

TRANSLATION

ORIGINAL

TRANSLATION

ORIGINAL

TRANSLATION

ORIGINAL

TRANSLATION

[Working translations by Shawn P. Wilbur]

About Shawn P. Wilbur 2456 Articles
Independent scholar, translator and archivist.