Max Nettlau, “Cinq années de synthèse anarchiste” (1933)

Cinq années de synthèse anarchiste

Cinq années après la proposition de la synthèse anarchiste, au début de 1928, il serait intéressant de connaitre l’effet de cette initiative, mas cela dépasse mes moyens d’information de m’en rendre compte sur une large échelle et, en général, c’est une question délicate, que chacun ne peut résoudre que pour lui-même, introspectivement. Quel était notre état d’esprit avant cette proposition ? Les uns etaient des adhérents convaincus d’une conception anarchiste nettement définie et il leur aurait coûté cher d’admettre que autres conceptions n’étaient pas erronées, viciées et par là nuisibles ou de moins inutiles.

Les autres ne prétendant jamais à être en possession des solutions définitives et infaillibles et ils avaient pratiqué la tolérance mutuelle, considérant la coexistence et la convivance de variétés non-invasives l’essence même d’une vie harmonique qui est l’anarchie. Si cette vie est destinée par l’évolution progressive à être réalisée matériellement un jour, évidemment elle doit exister avant dans l’intellect et le sentiment de ceux qui préparent cette vie nouvelle.

Pour les premiers donc, les convaincus des solutions uniques l’appel à la synthèse était une demande éthique, de conduite, et cet appel a pu ébranler, ou non, leur foi fixe appuyée sur des raisons qu’ils croient péremptoires. Les seconds ont senti, à ma propre expérience, que si « synthèse » était identique avec convivance de diverses autonomies, le terme prêtait à être mail compris et convivance amicale, autonomie mutuellement respectée, tolérance et respect mutuels des diverses conceptions d’essence nettement anarchiste aurait mieux exprimé ce qu’on proposa.

Car « synthèse » semble impliquer une amalgamation de plusieurs conceptions résultant dans un produit nouveau et il serait extraordinaire qu’on se mettrait d’accord sur un tel produit unique, quand on est déjà divisé. Je pense que tout cela a dû nuire à la réussite de l’initiative de 1928, mais je pense aussi que d’autres facteurs, surtout notre propre expérience, ont contribué à atténuer les différences : ce serait triste si nos mentalités seraient restées stationnaires durant ces années.

De l’égoïsme primitif, de l’accaparement brutal, de la peur engendrée par l’ignorance, le genre humain est en évolution vers le sentiment social, la conscience de l’interdépendance des hommes et le maitrise de intelligence sur son environnement. Chaque individu, d’enfant en homme traverse une développement analogue, les uns d’une manière assez parfaite et rapide, d’autres avec tous les degrés d’imperfection, de retard, de déviations défectueuses. Le socialisme intégral, l’idéal des plus avancés, est autre chose que l’anarchie, c’est-à-dire une véritable anarchie, pas une anarchie si imparfaite qu’elle avait encore besoin à apprendre cette sociabilité que la synthèse veut lui enseigner.

Cela veut dire que toutes les conceptions de l’avenir social sont encore imparfaites, parce qu’elles dépendent des qualités et des imperfections éventuelles de leurs auteurs. Le socialisme autoritaire est ainsi imparfait à la connaissance de nous tous ; il s’est arrêté en mi-chemin et les chefs ont saisi toutes les bribes de pouvoir, grand et petit, qu’ils ont pu et se sont mis à en jouir, à gouverner à la plus belle, et leurs adhérents, en les laissant faire, sont devenus leurs complices et en général sont retombés dans l’esclavage en changeant de maîtres.

Les socialistes libertaires, s’ils se sont bien gardé de commettre de telles fautes, ont-ils été immunisés contre des erreurs ? Ce serait bien extraordinaire. Et comme l’anarchie n’a pas encore une existence réelle, des formes et aspects que la vie et l’expérience lui auraient donnés, qu’elle existe encore que comme conception et volonté d’hommes qui ont vécu et qui vivent dans les plus diverses conditions, on ne peut pas prétendre qu’elle ait trouvé une expression finale par une quelconque des nuances anarchistes.

C’est donc fini avec l’anarchisme des personnalités, soit de celle de Proudhon, soit de celle de Kropotkine, et, par conséquent, avec les exclusivismes économiques — mutuelliste, collectiviste, communiste. On se rend compte comment ces spécialisations ont pris naissance chez leurs premiers auteurs, comme par exemple dans le grand isolement des anciens anarchistes l’individualisme et l’échange direct avec d’autres individualistes parut être la seule ressource, et comme plus tard la grande agglomération de travailleurs dans l’Internationale a fait naître l’hypothèse du collectivisme.

Plus tard encore, les problèmes qui se présente mt le plus immédiatement à une population révoltée — et la Commune de Paris avait fait entrevoir d’autres révolutions prochaines, — et autres considérations ont fait naître le communisme libertaire qui, de nouveau, dans les situations analogues qui se présentent maintenant en Espagne est pour ce pays l’idéal anarchiste des temps des luttes imminentes. Ainsi chaque nuance correspond à des situations qui l’ont fait naitre et qui, renaissant elles-mêmes, la font renaitre.

Dans un pays à tout repos, Sans actions collectives en vue, on peut merveilleusement cultiver l’individualisme. Si on arriverait jamais à construire une organisation syndicaliste universelle qui remplacerait le capitalisme, alors on lui imposerait aussi des méthodes de rémunération selon le travail fait et autres qualifications, c’est-à-dire le collectivisme. Mais un pays en révolte n’a pas l’humeur ni pour l’une, ni pour l’autre de ces méthodes : il arbore aujourd’hui la bannière de la commune libre et du communisme libertaire et cherche à les réaliser d’abord et cela dans un esprit large, de manière diversifiée, comme il peut, en un motet il ne s’égarera pas non plus dans le nouveau dédale de rouages qu’on propose maintenant, cette abondance de « conseils » de toutes sortes. En somme, je pense, que par une sélection naturelle la vie elle-même commence à mettre au premier rang la nuance anarchiste la mieux adaptée aux conditions locales, générales et contemporaines.

La vie est donc plus forte que le prestige ou la force d’inertie qui rattachent une idée avec une personnalité énergique et douée de talent ou de génie. Cela ne pouvait pas arriver autrement et puisque cela se passe ainsi, il ne sert à rien de bon de vouloir entrevenir dans ces développements pour conseiller ou imposer de nouveau des solutions unilatérales. Qui veut rester de côté et chercher où prendre une autre voie, est libre de. le faire, mais il cause une perte de temps inutile, s’il cherche à persuader tous les mouvements de le suivre sur sa voie.

L’idée anarchiste est adulte depuis longtemps et n’a pas besoin d’être tirée d’un coté où de l’autre par la « Plateforme », la « Pre-anarchia », « Pardaillac », un soviétisme soi-disant libertaire et autres constructions qui correspondent aux meilleures intentions de leurs auteurs, sans doute, mais qui n’ont aucune vraie importance. Elles font voir, généralement, que la foi de leurs auteurs dans la liberté, est devenue petite et qu’ils croient devoir sucrer la pilule anarchiste avec plus ou moins de procédés autoritaires. De tels « défaitistes » ont toujours existé et jadis on les appelait les « anarchistes repentis ». La faiblesse n’entre jamais dans les conseils de la véritable anarchie.

Evidemment, la contagion du monde autoritaire présent cause de tels produits d’une pusillanimité qui se croit pratique. Mais qui voudrait voir la maladie ou l’invalidité s’ériger en systèmes ? Entre le sentiment individualiste (non égoïste) et le sentiment socialiste (non dictatorial) toutes les nuances qui correspondent aux besoins d’individus où de groupes sont admissibles — et ainsi nous comprenons la convivance libertaire, — mais entre autorité et liberté il n’y a pas cette échelle de transitions : là — l’autorité, c’est l’arrêt, l’immobilisation, la mort, et la liberté, c’est le progrès, la marche en avant, lente ou rapide, mais toujours l’évolution en avant, la vie. Sur le terrain de la liberté donc, à droite et à gauche, il y a latitude, convivance et pour ceux qui veulent, « synthèse » : mais entre liberté et contagion autoritaire il y a toujours le même abime qu’entre la vie et la mort, et une latitude sur ce terrain serait une laxité détrimentale.

Puisque, durant ces cinq dernières années, un heureux apaisement s’est produit dans le domaine des propositions et hypothèses économiques dont s’occupa la synthèse anarchiste, on ferait bien, peut-être, d’enrayer maintenant la croissance de quelques mauvaises herbes autoritaires qui entravent nos voies çà et là. Pensons toujours que le fiasco de l’Etatisme et la crise du Capitalisme, avec lesquels périra aussi le Socialisme étatiste dans toutes se nuances, imposent aux libertaires la nécessité pressante de présenter leurs idées avec ampleur, latitude, mais sans transaction ni relâchement.

M. Nettlau.

TRANSLATION

Max Nettlau, “Cinq années de synthèse anarchiste,” La Voix libertaire 5 no. 205 (28 Janvier 1933): 1.

About Shawn P. Wilbur 2277 Articles
Independent scholar, translator and archivist.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.