L’Œuvre Internationale des Editions anarchistes in “La Revue Anarchiste” (1924-1925)

The Œuvre Internationale des Editions anarchistes was the project that published the Encyclopédie Anarchiste, as well as La Revue Internationale Anarchiste and its Spanish and Italian counterparts. These articles include the initial manifesto, “To the Anarchists of All Nations” and an announcement explaing the reorganization of the French-language portions of the project.

  • “Aux Anarchistes de tous les pays,” La Revue anarchiste 3 no. 26 (Avril 1924): 16.
  • “L’Œuvre Internationale des Editions anarchistes (ses buts, ses moyens),” La Revue anarchiste 3 no. 27 (Mai 1924): 31-32.
  • “Fusion de ‘La Revue Anarchiste’ et de la Partie française de ‘La Revue Internationale Anarchiste Polyglotte’,” La Revue anarchiste 4 no. 34 (10 juillet 1925) : 6-7.

Aux Anarchistes de tous les pays

L’Anarchisme est essentiellement international.

Toute manifestation de propagande anarchiste : par la parole, par l’écrit, par l’action devrait donc avoir un retentissement mondial et une portée universelle.

Dans la pratique, il n’en est pas ainsi et il en résulte que les anarchistes ne sont au courant que du mouvement et de l’action anarchiste dans le pays qu’ils habitent et qu’ils sont peu, mal, ou même pas du tout renseignés sur ce qui se passe dans les autres pays.

Une des raisons qui causent ce regrettable état de choses — et ce n’est pas la moindre — c’est la diversité des langues.

La littérature anarchiste est déjà abondante ; elle est appelée à prendre une importance de plus en plus considérable dans le mouvement philosophique et social qui prépare une société de Justice, de Bien-Etre et de Liberté.

Par malheur, le journal, la brochure, le livre écrits en telle langue ne sont profitables qu’à ceux qui comprennent cette langue et, fût-il un chef-d’œuvre de clarté, de logique et de profondeur, tel volume édité en telle langue : français, italien, espagnol, anglais, allemand, russe, etc. ne peut éduquer que ceux qui lisent cette langue.

Il y a là, c’est évident, une très fâcheuse lacune qu’il est indispensable et urgent de combler.

* * *

Un groupe de militants anarchistes a pris la résolution de combler cette lacune, par la fondation d’une œuvre spéciale qui prend pour titre :

« Œuvre Internationale des Editions anarchistes.»

Cette œuvre se propose :

1° d’éditer, dans les langues où elles n’ont pas encore été traduites, les œuvres les plus remarquables — au point de vue propagande — qui ont déjà paru ;

2° d’assurer l’édition, en plusieurs langues, des œuvres à paraître ;

3° de répandre partout les ouvrages : livres, brochures, manifestes, documents de toute nature intéressant la propagande mondiale.

4° de rassembler et de classer avec méthode, sur un plan d’ensemble, tous les écrits et les faits ayant un caractère et un but de propagande anarchiste, de manière à former une sorte d’encyclopédie anarchiste de la plus haute utilité.


Chers Camarades,

Ce manifeste a pour but de porter à la connaissance des anarchistes de tous les pays la bonne nouvelle de la création de cet organisme de propagande internationale.

Sa première manifestation d’existence consiste à adresser son salut fraternel aux compagnons de partout et à leur demander de se mettre en rapports avec le groupe fondateur afin que, dans le plus bref délai, soient établis, entre ce groupe et les anarchistes de toutes les langues, des relations qui, par la suite, devront être de plus en plus régulières et étroites.

Pour le groupe fondateur.

Italie : Hugo-Trene, Auro d’Arcola, Virgilio Gozzoli.
Espagne : Leandro Olmedo, Juan Bueno.
Pologne: Walechi Jan, Varsovie.
Bulgarie : Iacif.
France: Sébastien Faure, Férandel.
Langues Juives : Schonlin.
Russie : Sasha Peter, G. Wagend.

La correspondance doit être adressée à Férandel, 14, Rue du Repos, Paris.

To the Anarchists of all Nations

Anarchism is essentially international.

Every manifestation of anarchist propaganda—by speech, by writing, by action—must therefore have a global impact and a universal significance.

In practice, this is not the case and, as a result, anarchists are only informed about anarchist movement and action in the countries where they live and are little, badly or even completely uneducated about what happens in other countries.

One of the causes of this regrettable state of things — and it is not the least of them — is the diversity of languages.

Anarchist literature is already abundant; it is destined to take on an increasingly considerable importance in the social and philosophical movement that prepares a society of Justice, Well-Being and Liberty.

Unfortunately, a newspaper, pamphlet or book in a particular language is profitable only to those who understand that language and, though it might be a masterpiece of clarity, logic and depth, a volume published in one language—French, Italian, Spanish, English, German, Russian, etc.—can only educate those who read that language.

That is, obviously, a very unpleasant shortcoming, which it is indispensable and urgent to rectify.

 * * *

A group of anarchist militants has resolved to fill that gap, through the establishment of a special work that takes for its title:

“Œuvre Internationale des Editions anarchistes.”

This endeavor intends:

1. to publish, in the languages to which they have still not been translated, the most remarkable works — from the point of view of propaganda — that have already appeared;

2. to insure the publication, in several languages, of works yet to appear;

3. to spread everywhere works — books, pamphlets, manifestos, documents of every sort — of interest for the global propaganda.

4. to gather and classify methodically, according to a master plan, all the writings and facts relating to anarchist propaganda, so as to form a sort of anarchist encyclopedia of the greatest utility.


Dear Comrades,

This manifesto aims to bring to the attention of anarchists in all countries the good news of the creation of this international propaganda organization.

The first manifestation of its existence consists of sending its fraternal greetings to the compagnons everywhere and asking them to contact the founding group, so that, in the shortest period of time, there can be established, between this group and anarchists of all languages, relations that should later become more and more harmonious and close.

For the founding group.

Italy : Hugo-Trene, Auro d’Arcola, Virgilio Gozzoli.
Spain : Leandro Olmedo, Juan Bueno.
Poland: Walechi Jan, Varsovie.
Bulgaria: Iacif.
France: Sébastien Faure, Férandel.
Jewish Languages : Schonlin.
Russia: Sasha Peter, G. Wagend.

The correspondence should be addressed to Férandel, 14, Rue du Repos, Paris.


L’Œuvre Internationale des Editions Anarchistes

SES BUTS — SES MOYENS

Le mouvement, international anarchiste est, aujourd’hui, en possession d’un organisme nouveau appelé à contribuer puissamment à la diffusion des Idées anarchistes dans un grand nombre de pays.

L’annonce de cette heureuse nouvelle a reçu un peu partout l’accueil le plus sympathique.

De nombreuses lettres, signées des noms les plus connus et les plus aimés et des groupements les plus actifs, nous ont apporté le précieux témoignage d’une approbation unanime.

« L’Œuvre Internationale des Editions Anarchistes » se trouve donc assurée, d’ores et déjà, du concours empressé des camarades et des groupes qui comprennent la nécessité de propager, partout et en toutes langues, le sublime Idéal de Bien-Etre et de Liberté vers lequel tend la Pensée anarchiste et que, seul, réalisera l’avènement d’une société libertaire.

Nous prions, tout d’abord, ces amis, groupements et organisations de trouver ici l’expression de l’immense plaisir et du vif réconfort dont nous leur sommes redevables et reconnaissants.

Il s’agit, maintenant, de se mettre résolument à la besogne et de traduire, au plus tôt, en actes concrets, la volonté qui nous anime.

Traduit en diverses langues, notre Manifeste « Aux Anarchistes de tous les pays ! » a paru dans la plupart des publications, revues et journaux anarchistes et anarchisants.

Ce Manifeste initial a été — forcément — quelque peu vague et imprécis. Il importe donc que nous revenions avant tout sur le but que nous poursuivons.

Nous voulons mettre à la portée des révolutionnaires de toutes langues et de toutes nationalités l’exposé des principes et des méthodes d’action que les ouvrages anarchistes ont pour objet de vulgariser dans le monde.

Le mouvement anarchiste souffre de l’isolement relatif dans lequel se meut l’action libertaire de chaque pays.

Pour se développer et se fortifier, l’Anarchisme a besoin de se transformer en courants de plus en plus amples. Il faut que, franchissant le cadre étroit dans lequel les frontières nationales et la diversité des langues emprisonnent pratiquement la conception anarchiste, les compagnons de partout s’élèvent progressivement, dans la pensée et dans l’action, jusqu’à une Internationale de réalisation, vivante et positive.

L’influence des principaux sociologues : Comte, Pecqueur, Owen, Mill, Cabet, Fourier, Proudhon, Marx, Engels, Lasalle, de Paepe, de Laveleye, Malon, Bakoukine, Reclus, Jaurès, Kropotkine, Guesde, Tolstoï, Lénine, etc., — pour ne citer que des théoriciens qui sont morts — emprunte le plus clair de sa force au caractère international qu’elle possède.

C’est ce caractère international qui a permis aux doctrines de ces théoriciens de recueillir un peu partout des disciples nombreux et fervents.

C’est l’édition de leurs œuvres dans les langues les plus répandues qui a imprimé aux doctrines de ces penseurs leur puissance de pénétration dans les nations où, le Régime Capitaliste étant parvenu au même stade de développement, le problème social se pose dans des termes à peu près semblables et appelle des solutions quasi identiques.

Nos principes et nos méthodes d’action ont ceci de particulier qu’ils attaquent de front et ont pour but de ruiner de fond en comble toutes les formes d’Autorité et toutes les forces d’Oppression : Etat, Propriété, Patrie, Religion, Morale imposée.

C’est pourquoi le Patronat et le Gouvernement de tous les pays les combattent avec une violence exceptionnelle et les dénaturent avec une perfidie sans égale.

Bien qu’ils soient pauvres et peu nombreux, il est indispensable que les Anarchistes soient en mesure de confondre les mensonges de leurs détracteurs et d’opposer aux déformations et calomnies des Autoritaires la rigueur de leurs arguments et l’irrésistible puissance de leurs démonstrations.

Nous voulons vivifier et seconder l’effort de redressement et le travail de véracité que les anarchistes accomplissent dans leur pays respectif, en mettant à leur disposition, et dans leur langue, les meilleurs ouvrages de propagande.

Le nombre des compagnons obligés de s’exiler pour se soustraire aux persécutions qui les menacent ou les frappent dans leur pays d’origine, qui se fixent à l’étranger ou qui, les uns expulsés, les autres privés de travail en raison même de leur infatigable militantisme, errent d’un pays à l’autre, ce nombre est considérable.

Nous voulons que, un peu partout, ces proscrits, ces pourchassés retrouvent, édités dans une langue qu’ils comprennent, les livres, brochures et publications qui leur parleront de la Révolution pour laquelle ils bataillent et de l’Anarchisme, pour lequel ils souffrent.

Ces lectures entretiendront dans leur esprit la flamme de la Révolte et, quel que soit le lieu où se trouvent ces déracinés, elles les tiendront au courant de ce que pensent, disent, veulent et font les camarades dont la persécution les aura séparés.

Nous voulons plus et mieux encore ; mais, présentement, nous nous en tenons là.

On le voit : nos projets sont vastes. Leur réalisation exigera un travail considérable et persévérant.

Avant de nous engager dans la voie qui s’ouvrait devant nous, nous en avons mesuré la longueur et les difficultés, et, toutes réflexions faites, nous avons estimé que la tâche n’est pas au-dessus de nos forces.

Nous nous y attelons.

Qu’on nous comprenne bien ; nous n’avons pas l’intention de centraliser la production littéraire anarchiste ; encore moins voulons-nous la monopoliser.

Nous savons que, dans plusieurs pays, existent déjà des œuvres et maisons d’édition anarchistes. Nous n’en voulons citer aucune, de crainte d’en oublier une seule.

Notre désir est de seconder les généreux efforts des œuvres déjà existantes et de prendre place à côté d’elles.

Le monde est vaste ; il y a place pour tous les hommes de bonne volonté, d’initiative et d’énergie. Le labeur est illimité, si l’on compare à ce qui est fait ce qu’il reste à faire. Il y a de quoi stimuler toutes les activités.

Nous demandons aux œuvres similaires de nous seconder et leur promettons, en échange, de les aider de notre mieux.

C’est dans cet esprit que nous nous sommes déjà mis en relation avec celles qui nous sont connues et que nous sommes prêts à prendre contact avec toutes celles que nous ignorons et qui nous seront signalées.

Aux journaux, revues, bulletins et publications de toutes sortes qui jugeront à propos d’encourager notre effort, nous- demandons de publier cette longue communication et d’avance nous les remercions au nom de la propagande qui est notre unique préoccupation.

Nous prions les camarades en possession d’un ouvrage entièrement écrit ou en préparation de nous en informer et de nous donner sur le dit ouvrage tous renseignements utiles.

Bref, nous sollicitons tous les concours d’ordre technique et toutes les aides morales. Les uns et les autres seront accueillis par nous avec gratitude et cordialité.

Toutefois, nous ne sollicitons aucune contribution financière. Nous n’ouvrons pas de souscription.

Nous nous sommes assuré, pour partir, des ressources appréciables. Nous ne nous embarquons pas sans biscuit.

Nous ferons connaître prochainement les dons que nous avons déjà reçus et, au fur et à mesure de leur réception, ceux dont l’envoi nous est annoncé.

On constatera que, sans avoir à notre disposition des ressources considérables, nous pouvons fonder, avec les plus grandes chances de succès, « L’Œuvre Internationale des Editions anarchistes. »

Notre Administration sera prudente et avisée. On nous verra à l’œuvre.

Le siège de notre Œuvre est situé dans un local que nous venons d’arrêter et que nous allons au plus tôt aménager. L’adresse de ce local est : 14, rue Petit, Paris (196).

C’est à cette adresse et au nom de Ferandel que toute la correspondance doit être envoyée.

Le Groupe fondateur.

TRANSLATION


Fusion de “La Revue Anarchiste” et de la Partie française de “La Revue Internationale Anarchiste Polyglotte”

Les Anarchistes savent que la propagande anarchiste en langue française possédait dernièrement deux revues.

Elles poursuivaient le même but : assurer à l’Anarchisme, dans ce pays, un organe de lutte et d’éducation, de doctrine et de documentation.

Ces deux revues vivaient sans contact régulier et, bien qu’il n’en fût rien, paraissaient se faire concurrence et se disputer la clientèle des compagnons.

Les organisations et les compagnons qui s’occupaient de ces deux revues ont eu l’heureuse idée de s’entendre, afin d’arriver à la fusion des deux revues en une seule.

Animés du même souci : l’intérêt de la propagande, ces groupements et compagnons n’eurent pas de peine à se mettre d’accord et voici le document qui résume et exprime leur entente :

« Les camarades Bastien, Chazoff, Delecourt el Devry, représentant l’Union Anarchiste de France, et les camarades Orobon (Espagne), Hugo Treui et Météor (Italie), Walecki (Pologne), Férandel et Sébastien Faure (France) représentant l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes, se sont mis d’accord, le 22 mai 1925, sur les points suivants:

« 1″ Dans le but de doter la propagande anarchiste de langue française d’une Revue puissante et fortement documentée, reflétant dans toute son ampleur la Pensée et l’Action anarchistes-révolutionnaires du monde entier et rassemblant les efforts de propagande jusqu’à ce jour dispersés, il a été décidé que la Revue Anarchiste, organe de l’Union Anarchiste de France, et la partie française de la Revue Internationale Anarchiste, organe de l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes, ne formeront plus qu’une seule Revue, grâce à la fusion, tant comme rédaction que comme administration, des deux revues existantes.

« Cette revue aura pour titre la Revue Anarchiste.

« 2° La rédaction de cette Revue unique sera confiée à un Comité responsable, composé de quatre camarades, dont deux seront désignés par l’Union anarchiste et deux par l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes.

« Ces quatre camarades choisiront eux-mêmes le secrétaire de rédaction.

« 3° L’administration de cette Revue sera confiée à un Comité responsable, composé de quatre camarades, dont deux seront désignés par l’Union Anarchiste et deux par l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes.

« Ces quatre camarades choisiront eux-mêmes leur délégué au travail administratif.

« 4° Munis de pleins pouvoirs par leur organisation respective, ces deux Comités auront à se prononcer et à agir souverainement pour tout ce qui aura trait à la rédaction et à l’administration de la Revue, sans qu’il soit’ nécessaire, tant qu’ils resteront en fonctions, de recourir soit à l’Union Anarchiste, soit à l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes.

« Mais il va de soi que ces deux organisations auront la faculté de remplacer, quand elles le jugeront à propos, leurs délégués à la rédaction et à l’administration.

« 5° Pour qu’il y ait réellement fusion entre les deux Revues existantes et non absorption de l’une par l’autre, il est équitable que le secrétaire de la rédaction, désigné par le Comité de rédaction, appartienne à l’une des deux organisations contractantes et que le délégué à l’administration, choisi par le Comité d’administration, appartienne à l’autre de ces deux organisations.

« 6° La Revue fusionnée n’acceptera aucune publicité commerciale.

« 7° S’il y a bénéfice, celui-ci restera tout entier à l’administration de la Revue qui le consacrera au perfectionnement graduel et à l’extension progressive de celle-ci.

« 8° S’il y a perte, celle-ci sera supportée, autant que possible, moitié par l’Union Anarchiste et moitié par l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes.

« 9° En ce qui concerne la publicité Librairie, la Revue — après fusion — accordera une place à peu près égale aux deux librairies existantes : La Librairie Sociale, œuvre de l’Union Anarchiste, et La Librairie Internationale, œuvre de l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes.

« Toutefois, s’inspirant des conditions présentes de vie et de clientèle de ces deux librairies et afin d’écarter toute éventualité de conflit, il a été convenu que la Librairie Internationale bornera sa publicité dans la Revue :

« a) Aux ouvrages de propagande anarchiste et de littérature en langues étrangères.

« b) Aux ouvrages édités par l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes.

« 10° Les ouvrages, en langue française, qui sont ou seront de propagande spécifiquement anarchiste, par exemple ceux de Bakounine, Reclus, Kropotkine, Grave, Malato, Sébastien Faure; Armand, Colomer, Bastien, Chazoff, Han Ryner, Lacaze-Duthiers, Nettlau, Rocker, Archinoff, Voline, Ramus, Bertoni, Malatesta, Fabbri, etc., feront l’objet d’une publicité mixte.

« 11° La Revue Internationale anarchiste en langue italienne et espagnole fera de la publicité pour toutes les œuvres éditées par la Librairie Sociale.

« 12° Les délégués soussignés, ayant ainsi unanimement fixé les conditions dans lesquelles s’opérera la fusion de la Revue Anarchiste et de la partie française de la Revue Internationale anarchiste, il est enfin convenu que, par le Libertaire, la Revue Anarchiste et la Revue Internationale anarchiste, ces conditions, loyalement arrêtées, seront portées à la connaissance de tous les camarades, afin que tous se réjouissent de cette entente inspirée du souci de la propagande et en comprennent la haute portée morale et les précieux avantages.

Pour l’Union Anarchiste :

Bastien, Chazoff, Delecourt, Devry.

Pour l’Œuvre Internationale des Editions Anarchistes :

Orobon, Hugo Treui, Météor, Walecki, Férandel, Sébastien Faure.

« P. S. — Le premier numéro de la Revue Anarchiste, ainsi fusionnée, paraîtra le 10 juillet 1925 et, par la suite, le 10 de chaque mois. »

En application de cet accord, la rédaction a été confiée à un Comité responsable composé des camarades : Pierre Mualdès et Chazoff, dé légués de l’Union Anarchiste, et Météor et Sébastien Faure, délégués de l’Œuvre Internationale des Editions Anarchistes.

Ce Comité, a choisi Mualdès comme secrétaire de rédaction.

L’administration a été confiée à un Comité composé des camarades : Férandel et Hugo Treui, désignés par l’Œuvre Internationale des Editions anarchistes, et Delecourt et Devry, désignés par l’Union Anarchiste.

Ce Comité a choisi Férandel comme administrateur.

Nous sommes certains que tous les anarchistes se réjouiront de la fusion ainsi décidée et accomplie.

Il en résultera, au point de vue moral, un accord entre militants, dont la propagande bénéficiera notablement.

Au point de vue rédactionnel, il n’est pas douteux que, rassemblant tous les efforts et toutes les capacités jusqu’à ce jour dispersés, cette Revue sera vivante, éducative, variée, donc d’une utilité considérable.

Au point de vue administratif, il est également certain que, groupant autour d’elle tous les compagnons studieux à qui elle apportera mensuellement, sur les grands problèmes qui les passionnent, l’étude et la documentation désirables, cette Revue sera suffisamment répandue pour que les abonnements et la vente au numéro assurent son existence rapidement et, dans peu de temps, permettent son extension.

Nous vous présentons, chers Camarades, le premier numéro de cette Revue fusionnée.

Il a été un peu improvisé. Nous avons, cependant, l’espoir qu’il vous satisfera.

La Revue Anarchiste paraîtra, désormais, régulièrement le 10 de chaque mois.

Nos efforts tendront à ce qu’elle soit toujours mieux rédigée et mieux administrée.

Vous nous aiderez à faire de cet organe de propagande un instrument d’éducation puissant et digne du magnifique Idéal que nous aimons.

Pour l’Administration :

Férandel.

Pour la Rédaction :

Pierre Mualdès.

TRANSLATION

About Shawn P. Wilbur 2247 Articles
Independent scholar, translator and archivist.