Max Nettlau, “Does Socialism Truly Want to Be International?” (1920s)

[ezcol_1half]

Does Socialism Truly Want to Be International?

(MS 1951, Max Nettlau Papers, IISH)

(no date, 1920s)

This question would appear to be useless after a century of international socialist professions of faith, after the flowering of several Internationals and the struggles of sincere socialists of all shades against nationalism. But it appears to me that it needs to be raised again in some connections, among other that of natural wealth, raw material dependent on the local fertility of the soil and other raw materials so unequally distributed in the subsoil. To whom do these natural resources, whose local distribution is so unequal, belong?—That question applies not only from continent to continent, from country to country, but also within countries, from favored regions to those that are poor. And it is linked to this other question: Is there a desire, or any factor whatsoever, that would be preferable in the distribution of these social riches to the one I have always considered the essence of all sincere socialism, no matter the school: that all monopolies must be abolished and that social wealth belongs to all,—“without distinction of color, creed and nationality,” as the International described the broad sphere of those towards which one would have as the basis of conduct “Truth, Justice, Morals.”

If we have not insisted much more on the problem offered by the unequal distribution of natural wealth, it is because a century ago, when socialist ideas, applied at first to arbitrarily constructed utopian societies, were finally applied to the real countries of that era—England, France, etc.—that problem was not as important as it is in our times. We had seen then that for many years, under the pressure of the continental blockade imposed by France under the First Empire, overseas commerce was possible and that the [political] separation of the Americas—first North America, then of all of South America fifty years later—only changed European economic life a very little. In the end, if some important materials came from overseas, like (and above all) cotton, the local monopoly on new factories for the production of textiles in England, Belgium, the north of France and the west of Germany counterbalanced the monopoly of the American producers of cotton. Thus, the unequal distribution of natural wealth was at first a legible factor; it made itself felt much more when fast steamships made practical and inevitable the large-scale importation of food, of wheat and meat;—and it was felt still more when the mines dug in every corner of the globe allowed the circulation of all the minerals, of coal, phosphates, etc., and when the multiplication of machines, of factories, spread everywhere where they were closest to the raw materials, put an end to the monopoly of the favored regions in Europe, where mechanization had been the sole master and world-tyrant just a few decades before.

Today the inequality constantly increases. Against those who take advantage of production made under the most favorable circumstances (natural riches, factories in place, new, rich, unexhausted land, isolated from petty European squabbles, etc.), against these capitalists the old European capitalists defend themselves. This is done through a war of capital, without truce and using all the resources of society. These resources are the whole machinery or the State—its commercial and labor policies, but also its national and military policies; they also include the manipulation of public opinion by means of national hatred and greed, aroused in the service of capitalism in each country, as well as the conspiracies among States, industrial and military wars under the pretexts most plausible to a public opinion that is always misled, etc. In short, the struggle against that always increasing inequality—a struggle where the weakest, the European then, and the continental above all, can only win ephemeral victories, infinitely too costly and fruitless—that struggle is destined to prevail more and more in the social life of Europe and to exclude from it, to violently chase from it all solidarity, every humanitarian idea, and all hope. Each year that struggle becomes harder, and inevitably manifests itself by the growing separation and hatred among Europeans, since the strongest among them, powerless to triumph against the worldwide inequality, persist that much more, in Europe at least, to compensate at the cost of the weakest in Europe who, according to them, must in any case perish before them, “every man for himself,” the “sacro egoismo” replacing among rivals any sentiment of solidarity—and how could it be otherwise?

So it appears truly useless to try to remedy that situation by some partial means or movement, since the primary reason, the unequal distribution of natural wealth, which the universal distribution of productive forces and means of transport produces more definitively and more triumphantly each year—since that primary reason becomes stronger every year (something a glance and the agricultural and industrial development of the nations oversees with demonstrate beyond the shadow of a doubt).

What has socialism done in the face of this development of the productive forces of the globe, which is done in the midst of capitalism, and then mitigated or diminished by absolutely no social or solidarist thought? At most, one party of the European capitalists have protected themselves against that evolution by putting money into the creation of new operations in countries overseas: that increases the complications and inextricable intrigues, but it is of no use to the European social body, which suffers from the results of that inequality, if its profit enters the pockets of some capitalists overseas or those of some European shareholders.

European socialism, having originally at its disposal only small forces—moral, intellectual, sentimental and sometimes rebellious forces, but very weak—has had more than enough to do to extend its ranks by the most elementary propaganda, to gather together some worker organizations in order to obtain some satisfaction palliative in the most urgent questions of the conditions of labor and social hygiene, it has then, after some heroic struggles, 1848, 1871, allowed a large portion of its leader to lead it down the dead end path of parliamentary government, etc.,—in short, it has never seriously considered that question, nor any other question that is truly international.

Socialist internationalism was always only, as they say in English, skin deep; to be international meant, in practice, that no international question was taken up, without being absolutely sure that everyone was in agreement in advance, and that some commonplaces were then repeated. And with the creation of the workers’ parties in each country and also of the large trade-union organizations in various countries, socialism was dominated by the masses of voters and of the workers of each trade, with their local demands and expectations, national demands achievable in each State, thus dependent to a great degree on the strength and prosperity of that State, on its superiority over its rivals. That meant, and means, that the interests of the socialist voters and organized workers of each country were and are indissolubly linked to statism, to nationalism, to the capitalist expansion of each country and that socialist internationalism remains a dead letter, a terribly weak factor in the face of a very strong counter-agent.

If things remain this way, the great mass of workers will always remain the diligent cooperators of the capitalists as since 1914 and from 1918 to this day: they have this reality, their country, before them, while the international idea—its true character, what it could produce—exists only vaguely in their minds, since the real problem, how to eliminate, through solidarity, that inequality and dispersion of the conditions favorable to production, is not posed and no satisfactory solution appears, and indeed quite the contrary.

For this same problem exists within the countries and the solutions that we struggle to give it in our time, or rather the manner in which the strongest exploit that situation, are not stamped principle of solidarity, and thus pull away from internationalism.

In the distant past Europe was made up of numerous little States, territories and cities, each of which provided for its own population or, thanks to some local specialty that they traded, they obtained the remainder of the necessary by the great, time-honored trade routes that branched out everywhere. By a historical evolution that may displease us, but which being an absolutely general fact must have a serious basis, a limited number of large States [were] born of the most aggressive or most materially favored nuclei, and through the situation of these groups of small countries, [they] gradually absorb the small States. This happened in England more than a thousand years ago, in France and in Spain five centuries ago, in Italy in the nineteenth century with the support of liberal opinion the whole world over; in Germany alone that absorption was never complete, and in Austria-Hungary the treaties of 1919 have completely defeated it. There is an obvious differences between these formations that, however disagreeable they are to us as libertarians, have still followed that inherent tendency of every being to grow, to proceed from a small to a larger sphere (and who seriously desires to do the opposite?),—there is a difference between them and the abrupt consequences of a pure and simple conquest; these rapid conglomerations infallibly crumble like the Roman Empire and that of Napoleon I and Turkey, as a continuation of Byzantium, the oriental Rome, has thus had this historical fate.

In our time these lines of evolution are despised and cast aside. Economic conquest according to the right of the strongest is at the base of all European politics, disguised as the demanding determination of the nations to manage themselves, but also all the so-called historical, strategic or other reasons that serve as pretexts. We know now perfectly—what we did not know in past centuries—to what degree the social life of each region depends on the richness of the subsoil, on the means of communication, etc. and on its power to obtain an equal or normal payment for it exports. We know the thousand methods of hindering the economic life of an enemy country (and what country is not the enemy of all the others?) in times of peace and relative equilibrium, as even in 1914—then the whole process employed unilaterally by the collective victors of 1918 and their postwar associates have naturally succeeded in completely crushing the normal economic life of the vanquished, as we see at any moment in the commercial statistics. There follows from it a growing and in reality absolutely astonishing inequality, perhaps unforeseen by anyone, between Europeans of the victorious and those of the vanquished race and even the losers differ somewhat, to believe the financial pages.

Thus far we have found no other means than to thrust the dagger every more deeply into the chest of the victims and then to twist it a little on occasion, but never to remove it. The result of all that is before us all, let us pay attention like men who see men suffering or let us leave these things aside like the bourgeois politics which could have no interest for us.

[/ezcol_1half] [ezcol_1half_end]

Le socialisme, veut-il être vraiment international ?

(MS 1951, Max Nettlau Papers, IISH)

(no date, 1920s)

Cette question paraît être inutile après un siècle de professions de foi socialistes internationales, après la floraison de plusieurs Internationales et la lutte des socialistes sincères de toutes les nuances contre le nationalisme. Mais elle me paraît avoir besoin d’être soulevée sous plusieurs rapports, entre autres en premier lieu celui des richesses naturelles, matières premières dépendantes de la fertilité locale du sol et autres matières premières si inégalement distribuées dans le sous sol. Cette question—à qui sont ces richesses naturelles de distribution locale si inégale ?—opère non seulement de continent à continent, de pays à pays, mais aussi à l’intérieure des pays, des régions favorisés aux régions pauvres. Et il s’y rattache cette autre question : y-a-t-il une volonté, un facteur quelconque, qui soit supérieure dans la distribution de ces richesses sociales que ceci que j’ai toujours considéré l’essence de tout socialisme sincère sans différance d’école ; que tout monopole doit être aboli et que la richesse sociale appartiennent à tout,—« sans distinction de couleur, de croyance et de nationalité, » comme l’Internationale décrit la large sphère de ceux, envers lesquels on aura pout base de conduite « la Vérité, la Justice, la Morale. »

Si on n’a pas beaucoup plus insisté sur le problème offert par la distribution inégale des richesses naturelles, c’est que, un siècle en arrière, quand les idées socialistes, appliquées d’abord à des sociétés utopiques arbitrairement construites, furent enfin appliquées aux pays réels de cette époque, Angleterre, France, etc., ce problème n’avait pas du tout l’importance qu’il possède en notre temps. On avait vu alors que durant beaucoup d’années sous la contrainte du blocus continental imposé par la France du premier Empire on avait pu se passer du commerce ultramarin ; de même la séparation de l’Amérique du Nord d’abord, de toute l’Amérique du Sud cinquante ans plus tard, ne changea que bien peu a la vie économique européenne ; enfin si des matériaux importants venaient d’outre-mer, comme avant tout le coton, le monopole local des nouvelles usines pour la fabrication du textile, en Angleterre, Belgique, le Nord de la France et l’Ouest de l’Allemagne contrebalançait le monopole des producteurs américains de coton. Ainsi la distribution inégale des richesses naturelles fût d’abord un facteur négligeable ; elle se fit sentir beaucoup plus quand les bateaux à vapeur accélérées rendaient pratique et inévitable l’importation gigantesque de nourriture, du blé, de la viande ; –encore plus quand les mines creusées dans tous les coins du globe permettaient la circulation de tous les minéraux, du charbon, des phosphates, etc. et quand la multiplication des [p.2] machines, des fabriques, disséminées partout où elles sont le mieux rapprochées aux matériaux, mirent une fin au monopole des contres favorisés en Europe où le machinisme avait été le seul maitre et le tyran mondial peu de dizaines d’années avant.

Aujourd’hui l’inégalité augment continuellement : contre ceux qui sont les exploiteurs d’une production faite dans les circonstances le plus favorables (richesses naturelles, usines sur place, pays nouveau, riche, inépuisé, à l’écarte des mesquines querelles européennes, etc.), contre ces capitalistes se défendent les vieux monopolistes européens. Cela se fait par la guerre sans trêve des capitaux et en utilisant toutes les ressources de la société pour cette guerre : ce sont toute la machinerie de l’État—sa politique commerciale, ouvrière, mais aussi nationale, guerrière, ce sont encore la manipulation de l’opinion publique au moyen des haines et convoitises nationales excitées au service du capitalisme de chaque pays, ce sont les conspirations entre États, guerres industrielles ou guerres militaires sous le prétexte le plus passible à l’opinion publique toujours trompé, etc. Bref la lutte contre cette inégalité croissante—lutte où le plus faible, l’Européen donc, le continental avant tous, ne peut remporter que des victoires éphémères, payées infiniment trop cher, et stériles—cette lutte est de plus en plus destinée à prédominer dans la vie sociale européenne et à en exclure, à en chasser violemment toute solidarité, toute idée humanitaire, tout espoir. Chaque année cette lutte devient plus dure, ce qui se manifeste nécessairement par la séparation, les haines croissantes entre européens, puisque les plus forts d’entre eux, impuissants de triompher contre l’inégalité mondiale, s’entêtent d’autant plus à être, en Europe au moins, dédommagés aux frais des plus faibles en Europe qui, selon eux, doivent périr en tout cas avant eux, « chacun pour soi », le « sacro egoismo » remplaçant entre rivaux tout sentiment de solidarité—comment en serait-il autrement ?

Alors il paraît vraiment inutile d’essayer de remédier à cette situation par quelque moyen ou mouvement partial, puisque le raison première, l’inégale distribution des richesses naturelles que la distribution universelle des forces productrices et des moyens de transport faut ressortir chaque année plus définitivement et plus victorieusement—puisque cette raison première devient tous les ans plus forte (ce qu’un coup d’œil sur le développement agricole et industriel des pays d’outre mer démonterait à toute évidence).

Qu’a fait le socialisme en face de ce développement des forces productrices du globe qui s’est fait en plein capitalisme, donc mitigé ou diminué par absolument aucune pensée sociale ou solidariste ? Tout au plus une partie des capitalistes européens s’est protégée elle-même contre [p.3] cette évolution en mettant argent dans la création des exploitations nouvelles dans les pays d’outre-mer : cela augmente les complications et les intrigues inextricables, mais cela ne sert à rien au corps social européen souffre des résultats de cette inégalité, que son profit entre dans la poche des capitalistes d’outre-mer ou dans cette de quelques actionnaires européens.

Le socialisme européen, ne disposant à son origine que de forces morales, intellectuelles, sentimentales et quelquefois révoltées, très faibles, a eu trop à faire à étendre ses rangs par la propagande la plus élémentaire, à réunir des organisations ouvriers pour obtenir quelque satisfaction palliative dans les questions les plus urgentes de conditions de travail et d’hygiène sociale, il a ensuite, après quelques luttes héroïques, 1848, 1871, permis à une grande partie de ses chefs de le dévoyer sur la voie sans issue du parlementarisme, etc.,—en somme, il n’a jamais bien [   ] à envisager sérieusement cette question, ni aucune autre question vraiment internationale.

L’internationalisme socialiste n’était toujours que, ce qu’on appelle en anglais, skin deep [ne dépassant la peau extérieure] ; être international signifiait en pratique : qu’on ne touchait à aucune question internationale, à moins d’être tout à fait sûr que tout le monde était d’accord d’avance, qu’on répétait doc des lieux communs. Et avec la création des partis ouvriers de chaque pays et également des grandes organisations syndicales des divers pays, le socialisme était dominé par les masses des électeurs et des ouvriers de chaque métier, avec leurs demandes et expectations locales, c’est-à-dire nationales, réalisables dans chaque État, donc dépendantes en grande mesure de la force et de la prospérité de cet État, de sa supériorité donc sur ses rivaux. Cela voulait et veut dire, que les intérêts des électeurs socialistes et des ouvriers organisés de chaque pays furent et sont indissolublement lies à l’Étatisme, au nationalisme, à l’expansion capitaliste de chaque pays et que l’internationalisme socialiste reste lettre morte, un facteur tout à fait faible en face d’un contre-agent très fort.

Sil les choses en restant là, les ouvriers dans leur grande masse seront toujours les coopérateurs assidus des capitalistes comme depuis 1914 et depuis 1918 à ce jour : ils ont cette réalité, leur pays, devant eux, tandis que la conception internationale—son vrai caractère, ce qu’elle pourrait produire—n’existe que vaguement devant leur esprit, puisque le problème réel, comment éliminer par la solidarité cette inégalité de la dislocation des conditions favorables à la production, n’est pas posé et ne ressort aucune solution satisfaisante, bien le contraire plutôt.

Car ce même problème existe aussi à l’intérieur des [p.4] pays et les solutions qu’on s’efforce à lui donner de notre temps ou plutôt la manière de laquelle les plus forts exploitent cette situation, ne sont pas empreintes du principe de la solidarité, elles s’éloignent donc de l’internationalisme.

Dans les temps reculé l’Europe se composait de nombreux petits États, territoires et villes, dont chacun nourrissait sa population ou, grâce à quelque spécialité locale qu’on vendait, on obtient l’excédent de produits indispensables par les grandes routes séculaires du commerce qui se ramifiaient partout. Par une évolution historique qui peut nous déplaire, mais qui étant un fait absolument général doit avoir une base sérieuse, un nombre restreint de grands États, issus du noyau le plus agressif ou le plus favorisé matériellement et par sa situation de ces groupes de petits pays, absorbant graduellement les petits États. Cela se passa en Angleterre il y a plus de mille ans, en France et en Espagne il y a cinq siècles, en Italie au dix-neuvième siècle avec le concours de l’opinion libérale du monde entier ; en Allemagne seule cette absorption ne fut jamais complète et en Autriche-Hongrie les traités de 1919 l’ont complètement défaite. Il y a une différence notoire entre ces formations qui, si antipathiques qu’elles nous soient comme libertaires, ont cependant suivi cette tendance inhérente à tout être de s’élargir, de procéder d’une sphère plus petite à une sphère plus large (qui donc désire sérieusement faire le contraire ?),—il y a une différence entre elles et entre les résultats brusques d’une conquête pure et simple ; ces agglomérations rapides croulent infailliblement comme l’Empire Romain et celui de Napoléon I et la Turquie, en tant que continuant Byzance, la Rome orientale, a donc eu ce sort historique.

De nos jours ces lignes d’évolution sont méprisées et jetées au rebut. La conquête économique par le droit du plus fort est à la base de toute la politique européenne, déguisée en revendicatrice détermination des peuples de disposer d’eux-mêmes mais aussi de toutes les soi-disantes raisons historiques, stratégiques et autres qui servent de prétexte. On sait maintenant à merveille—ce qu’on ignorait aux siècles passés—à quel degré la vie sociale de chaque région dépend des richesses du sous-sol, des voies de communication, etc. et de son pouvoir d’obtenir un traitement égal ou normal pour ses exportations. On connaît les mille procédés d’entraver la vie économique d’un pays ennemi (et quel pays n’est pas l’ennemi de tous les autres pays ?) en temps de paix et d’équilibre relative comme jusqu’en 1914—alors tout cette procédure employée unilatéralement par les vainqueurs collectifs de 1918 et leurs associés d’après-guerre a naturellement réussi à écraser radicalement la vie économique normale des vaincus, ce qui se voit à tout heure en chiffres sur le tableau des échanges. Il s’en suit une inégalité croissante et en réalité absolument formidable, prévue peut-être par personne, entre Européens de race vainqueur et de race vaincue et même les vainqueurs se différencient quelque peu, à en croire le tableau de l’échange.

Jusqu’ici on ne troue pas autre moyen que d’enfoncer toujours plus profondément le poignard dans la poitrine des vaincus et de le remuer un peu à occasion, mais jamais de l’enlever. Le resultat de tout cela est devant nous tous, que nous y fassions attention comme hommes qui voient souffrir des hommes ou que nous laissions ces choses de côté comme de la politique bourgeoise qui ne saurait nous intéresser.

[/ezcol_1half_end]

[Working translation by Shawn P. Wilbur]

About Shawn P. Wilbur 2124 Articles
Independent scholar, translator and archivist.