Fernando Tarrida del Mármol, “Questions of Tactics” (1890)

QUESTIONS OF TACTICS

————–

We have received the following letter from one of our comrades at El Productor of Barcelona. It seems good to reproduce it, for, aside from a few errors of judgment, it contains advice worth considering, and, in the response that we expect to make to our friends in Spain, if we manage to find and demonstrate the causes of the disorganization of the anarchists, the cause of the inconsistency of the groups and their inactivity, we could find there the remedy and some indications of the tactics to follow:

Barcelona, August 7, 1890.

Comrades of La Révolte,

I would like to clearly explain the idea that I have of the revolutionary tactics of the French anarchists. That is why, being unable to write a series of articles, as one might, I am writing you a personal letter. You will draw from it whatever good it contains.

Revolutionary decisiveness has never been lacking in the French character, and the anarchists have demonstrated it all sorts of circumstances that they lack neither agitators nor revolutionaries. The number of adherents is great enough and [yet]… with some great thinkers, some dedicated agitators, some enthusiastic disciples, France, we must admit, is the country that produces the fewest important acts for anarchy. That is my nightmare. That is why I have said that I believe that your revolutionary tactics are not good. Nothing fundamental divides the French and Spanish anarchy, and yet, in practice, we find ourselves widely separated.

We all accept Anarchy as the integration of all liberties, and as their sole guarantee; as the impetus and sum of human well-being. No laws, no repressions; spontaneous, natural development of all acts. No superiors, nor inferiors, nor governments, no governed; only conscious beings who seek one another, who attract one another, who discuss, resolve, and produce together, who love one another without any other aim but the well-being of all. This is how we all understand Anarchy, how we conceive of the society of the future; and it is towards the realization of the conception that we all labor. Where are our differences?

I my opinion, enraptured by the contemplation of the ideal, you have drawn up for yourselves a line of ideal conduct, an unproductive puritanism in which you squander a great deal of your strength, which could destroy the strongest organisms and which, thus badly used, produce nothing at all. You forget that you are not surrounded by free beings, possessive of their liberty and dignity, but by slaves who wait for someone to save them. You forget that our enemies are organized and strive every day to strengthen themselves more so that they can continue to rule. You forget, finally, that even those who work for good live in the present social disorganization and are full of vices and prejudices.

As a result, you accept an absolute liberty and you expect everything from individual initiative, pushed to such a point that no pact or understanding is possible. No agreements, no meetings at which revolutions are made; the important, the essential things is that everyone does as they please.

The result: someone wants to do something good, but there is no means of gathering with all those who think like them in order to explain their initiative, to gain advice and assistance; they are obliged to proceed alone or not to proceed at all.

To create commissions for administrative work, to set contributions in order to accomplish some necessary task—this is an imposition. And in this way, if a comrade or group wants to enter into relations with all the anarchists of France, or of the world, for some private aim, they is no means and they must renounce the idea. Anything that is not the Social Revolution is a stupidity; what is it to the anarchists if wages become more inadequate, if the workday is increased, if the workers are insulted in the workshops, or if the women are prostituted by the bosses? As long as the bourgeois regime endures, all that will endure and it is only necessary to concern ourselves with the final goal—meanwhile, the mass of proletarians, who suffer and do not believe in an imminent deliverance, do not listen to the anarchists.

I could continue in this way, piling up example, and the result would always be the same: powerlessness. Powerlessness, not because they lack elements, but because they find themselves scattered, with no link between them.

In Spain, we pursue completely different tactics; certainly for you this will be a heresy worthy of the most complete excommunications, a false practice that must be dismissed from the field of anarchist action, and, yet, we believe that only in this way could we make our ideas enter in among the proletariat and destroy the bourgeois world. We cling, just like you, to the purity of the anarchist program. There is nothing as intransigent, as categorical as the Ideas, and we accept neither compromises, nor attenuation of any sort. For that, we strive in our writings to be as clear, as explicit as we can. Anarchy is our true north; it is the point that we want to reach and towards which we direct our advance. But there are all sorts of obstacles on our path and to overcome them we use the means we think best. If we cannot adapt our conduct to our ideas, we note the fact and attempt to come as close as possible to the ideal. We do as a traveler would who wanted to go to a country in a temperate climate, but who, in order to arrive there, must pass through tropics and glacial zones: they would furnish themselves with heavy blankets and very light clothing, which they would cast aside when they arrived. It would be stupid, ridiculous even, to want to fight with your fists against a well-armed and armored enemy.

Our tactics follow from what I have said. We are anarchists; we preach Anarchy without adjectives. Anarchy is an axiom; the economic question is a secondary matter. It will be said that it is through the economic question that Anarchy is a truth; but we believe that to be anarchist means to be the enemy of all authority, of every imposition, and consequently, whatever system we recommend, it is because we believe it is the best defense for Anarchy, and we have no desire at all to impose it on those who do not accept it.

This does not mean that we set aside discussion on economic questions. On the contrary, we love to discuss them, but only in order to bring new data for the definitive solution or solutions. Some very good things have been said by Cabet, Saint-Simon, Fourier, Robert Owen and the others; but all their systems have disappears, because they wanted to lock away society with the conceptions of their brains; they have, however, done a great deal of good clarifying the question.

Note it well: from the moment that you propose to give the general lines of the future society, from the one side the objections and demands of adversaries, and from the other the natural desire to make a complete, perfect work, will lead us to invent, to sketch out a system that, you can be certain, will disappear like the others.

From the anarchist individualism and other Spencer and other bourgeois thinkers—if you’ll pardon the expression—to the socialist anarchist-individualists—I find no other adequate expression—there is a great distance, as there is between the Spanish collectivists and those of another region; as there is between the English and American mutualists; as there is among the communists.

Kropotkin, for example, speaks to us of the industrial village, reducing his system, his conception, if you wish, to a gathering of little communities that produce what they want, realizing so to speak the biblical fiction of the terrestrial paradise with the progress of civilization added, while Malatesta, who is also an anarchist-communist, would recommend the establishment of large organizations that exchange products among themselves and increase still more that creative power, that astonishing power exerted by the nineteenth century, purged of all harmful action.

Each powerful intelligence announces, creates new paths forward for the future society, and will create disciples by hypnotic force—if we can put it that way—suggesting to others’ brains their own ideas—and all in general we make out own individual plan

Let us agree then, as we have all done in Spain, to simply call ourselves anarchists. In our conversations, in our letters, in our speeches, in our journalism, let us discuss the economic questions, but these questions should never be a cause of division among anarchists.

In order for our propaganda to succeed, for the preservation of the idea, we need to know and see each other, and for that we must establish groups. In Spain there are groups in nearly all the localities where there are anarchists and they are the driving force of every revolutionary movement. The anarchists do not have money or easy means to obtain it; as a precaution against that the majority among us have imposed on themselves a small weekly or monthly contribution; in this way we can maintain the necessary relations among all the associates, and we could maintain relations with the whole world, if the other regions had an organization like our own.

There is no authority in the group; we choose on comrade as a treasurer, another as a secretary to receive correspondence, etc., etc. We ordinarily hold meetings every week or every fortnight, with extraordinary meetings whenever they are required. To spare costs and labor, and also as a prudent measure in case of persecution, we agree on the creation of a commission de relations for the region. That commission has no initiative: those who make up the commission must apply to their group if they want to make proposals. Its mission it to make known to all the groups the proposals and resolutions that have been communicated to it by a group, to account for all the addresses communicated to it and send them to the groups that ask for them, in order to establish direct relations with other groups.

Those are the general lines of the organization, which were agreed upon at the Valencia congress and of which you have spoken in La Révolte. The good that it produces is immense; it is what fans the flames of anarchist ideas; but, you may be certain, if we reduced our action to anarchist organization, we would accomplish very little. We would end up transforming an organization of thinkers that discuss ideas, which would surely degenerate into an organization of metaphysicians who discuss words. Some, and even much, of that has happened to you. Not being engaged in any activity but a discussion of the ideal, you fall into a debate over words. Some call themselves egoists, and the others altruists, but they mean the same thing; these call themselves communists, and those individualists, but at base they have the same ideas.

We must remember that the great mass of proletarians is forced to work an excessive number of hours, that it is in the greatest poverty and consequently they cannot buy the books of Letourneau, Büchner, Darwin, Spencer, Lombroso, Max Nordau, etc., whose names they hardly know. And even if the proletarian could procurer the books, he lacks the preparatory studies in physics, chemistry, natural history and mathematics necessary to comprehend well what he reads; he lacks the time to study methodically, nor is his brain sufficiently exercised to assimilate these studies well. There are exceptions, like that of Etienne in Germinal; made hungry for knowledge, they devour everything that falls into their hands, but retain very little of it.

So our field of action is not in the heart of these groups, but in the midst of the proletarian masses.

It is in the sociétés de résistance that we study and prepare our battle plan. These societies will exist as long as the bourgeois regime endures. The workers, who are not writers, are unconcerned whether or not they have freedom of the press; the workers, who are not orators, do no concern themselves much with the freedom of public gatherings; they consider political liberties secondary things, but all desire to improve their economic conditions, and all wish to shake off the yoke of the bourgeoisie; for that reason, there will be labor unions and societies of resistance as long as there is exploitation of man by man. Our place is there. By neglecting them, as you have done, they become the rendezvous four pleasure-seekers who speak to the workers of scientific socialism, or patricism, or possibilism, or cooperation, or of amassing capital in order to sustain peaceful strikes, or of demanding the aid and support of the authorities, always pacify them and curb the revolutionary urge. If the anarchists were in these societies, at least they would prevent the pacifiers from spreading propaganda against us. And if the anarchists have been found, as in Spain, to be the most active members of the society as well, to be those who do all the necessary work without payment, just the opposite of the false defenders who exploit them, then these societies will always be on our side. In Spain they are the ones who, every week, buy quantities of anarchist newspapers to distribute them free to their members; they are the ones who give money to sustain our publications, or to help the prisoners and the persecuted. We show by our conduct in these societies that we struggle from love of our ideas; besides, we mix in everywhere there are workers and even where there are none, when we believe that our presence can be useful to the cause of anarchy. This is why in Catalonia (and now this also begins in other regions of Spain) there is not a village where we have not created, or at least assisted, associations under the names of circles, athenaeums and worker centers, which, without calling themselves anarchist and without really being anarchist, sympathize with our ideas. We give purely anarchist conferences and mix our revolutionary work with the musical and literary gatherings. There, seated at a table in the cafe, we discuss, we see each other every evening; or we study in the library.

There we establish the editorial staffs of our newspapers, and the papers that come in exchange go into the reading room and all with a free organization, almost without expenses. For example, in the circle of Barcelona one is not even obliged to be a member; those are who wish to be, and the dues of 25 [cents] per month is also voluntary. Of two or three thousand workers who come to the premises of the circle, only 300 are members. E could maintain that these premises are the hotbeds of our ideas; and yet while the government has always sought pretexts to close them, they have never found any, since they do not call themselves anarchist and that is not where we hold the private meetings. There we do nothing that we would not do in any public cafe; but because all the active elements come there, great things often also emerge, and that without formalities, while drinking a cup of coffee or glass of cognac.

Nor do we neglect the cooperative societies for consumption. In nearly all the town of Catalonia, save Barcelona, where it is impossible because of the great distances and the way of life,—consumer cooperatives have been created where the workers find food of better quality at better prices that at other merchants, without any of the members regarding cooperation as the final aim, but only as a means from which they can profit. Some of these societies make large purchases and have a credit of 50 or 60 thousand francs, and have been of great use during strikes giving credit to the workers. In the athenaeums of the gentlemen—of the savants, as they are called—socialism is debated; two of our comrades go then to sign up as members (if they have no money, the association gives it to them) and go there to uphold our ideas.

Our press does the same thing. It never neglects anarchist ideas, but it makes space for manifestos, communications and news, which, although it could appear unimportant, serve however to make our newspapers and our ideas reach into towns or other places where they are not known. That is our tactic, and I believe that if it was adopted in other regions the anarchists would then see their field of action expand.

Consider that in Spain the majority does not know how to read and yet we publish six anarchist newspapers, and a large number pamphlets, books and broadsheets. We constantly have meetings and, without having true agitators, very important acts are performed.

In Spain, the bourgeoisie is heartless and bitter, and will not tolerate anyone from their class sympathizing with us, and when some well-placed or intelligent man places himself on our side, they force him to abandon us, so that he can only help us in private. On the contrary, the bourgeoisie will give him everything he desires, if he will distance himself from us. So all the work in favor of anarchy remains the responsibility of the manual laborers who must find the time during their hours of repose.

If we changed tactics in France, England, Italy, Switzerland, Belgium and North America, where they are a large number of good elements, what progress we could make!

I believe that I have said enough to make my ideas understood.

My all to you and to the Social Revolution.

QUESTIONS DE TACTIQUE

————–

Nous avons reçu d’un de nos camarades du Productor de Barcelone, la lettre ci-dessous, que nous croyons bon de reproduire ; care à côté de quelques erreurs d’appréciation, elle contient de conseils bon à méditer, et, dans la réponse que nous comptons faire à nos amis d’Espagne, si nous arrivons à trouver et à démontrer les causes de la désorganisation des anarchistes, la cause du peu consistance des groupes, de leur inactivité, nous pourrons y trouver le remède et des indications sur la tactique à suivre :

Barcelone, 7 août 1890.

Compagnons de la Révolte,

Je voudrais expliquer avec clarté l’idée que je me fais de la tactique révolutionnaire des anarchistes français ; c’est pour cela, que, ne pouvant pas faire une série d’articles comme on pourrait en faire, je vous écris une lettre intime. Vous en tirerez ce qu’il peut y avoir de bon.

La décision révolutionnaire n’a jamais fait défaut au caractère français, et les anarchistes ont démontré dans une infinité de circonstances, qu’ils ne manquent pas d’agitateurs ni de révolutionnaires. Le nombre d’adhérents est assez grand et… avec des grands penseurs, des agitateurs décidés, des adeptes enthousiastes, la France, il faut l’avouer, est le pays où il se produit le moins d’actes important pour l’anarchie. Voilà mon cauchemar. Voilà pourquoi je vous ai dit que je croyais que votre tactique révolutionnaire n’était pas bonne. Rien de fondamental ne divise les anarchistes français des anarchistes espagnols, et, cependant, en pratique, nous nous trouvons à une grande distance.

Nous tous, acceptons l’Anarchie comme intégrations de toutes les libertés, et leur seule garantie ; comme l’impulsion et la somme du bien-être humain. Pas de lois, pas de répression ; développement spontané, naturel de tous les actes. Ni supérieurs, ni inferieurs, ni gouvernements, ni gouvernés ; seulement des êtres conscients que se cherchent, qui s’attire, qui discutent, qui résolvent, qui produisent, qui s’aiment, sans autre but que le bien-être de tous. C’est comme cela que nous tous concevons l’Anarchie, que nous concevons la société de l’avenir ; et c’est pour la réalisation de cette conception que nous tous travaillons. Où sont donc nos différences ?

A mon avis, vous autres, ravi par la contemplation de l’idéal, vous vous êtes tracé une ligne de conduite idéale, un puritanisme improductif, dans lequel vous gaspiller une quantité de forces, qui pourraient détruire les organismes les plus forts et que, ainsi mal employées, ne produisent rien du tout. Vous oubliez que vous n’êtes pas environnés par des êtres fibres, jaloux de leur liberté et de leur dignité, mais par des esclaves qui attendent qu’on les délivre. Vous oubliez que nos ennemis sont organisés et tâchent tous les jours de se fortifier davantage pour continuer à régner. Vous oubliez enfin que même ceux qui travaillent pour le bien vivent dans la désorganisation social actuelle et sont pleins de vices et préjugés.

De cela, il dérive que vous acceptez une liberté absolue et vous attendez tout de l’initiative individuelle, poussée à un point tel, qu’il n’y a plus de pacte ou entente possible. Pas d’entente, pas de réunions dans lesquelles on prenne des résolutions ; l’important, l’essentiel, c’est que chacun fasse ce qui lui plait.

Résultat : quelqu’un voudrait faire quelque chose de bon, il n’y a pas le moyen de se réunir avec tous ceux qui pensent comme lui pour lui exposer son initiative, prendre leur conseil et leur concours ; il est obligé à faire tout seul ou à ne pas faire du tout.

Créer des commissions pour des travaux administratifs, fixer des contributions pour faire face à telle ou telle autre nécessité—c’est une imposition. Et comme ça, si un compagnon ou groupe veut se mettre en relations avec tous les anarchistes de France ou du monde pour une chose privée, il n’en a pas le moyen et doit renoncer à l’idée. Tout ce qui n’est pas la Révolution sociale, c’est une bêtise ; qu’est-ce que ça fait aux anarchistes que les salaires deviennent encore plus insuffisants, que la journée de travail s’allonge, que les ouvriers soient insultés dans les ateliers, que les femmes soient prostituées par les patrons ? tant que durera le régime bourgeois cela durera, et il faut seulement se préoccuper du but final—en y attendant la masse des prolétaires qui souffre et ne croit pas à une délivrance prochaine, n’écoute pas les anarchistes.

En continuant ainsi, je pourrais amasser des exemples, et le résultat serait toujours la même : impuissance. Impuissance, pas parce qu’ils manquent des éléments, mais parce qu’il se trouvent disséminés, sans aucun lien entre eux.

En Espagne, nous suivons une tactique complètement différente ; certainement pour vous cela sera une hérésie digne de la plus grande excommunications, une pratique fallacieuse, qu’il faut écarter du champ d’action anarchiste, et, cependant, nous croyons que seulement comme cela nous pourrons faire pénétrer nos idées parmi les prolétaires et détruire le monde bourgeois. Nous tenons, autant que vous, à la pureté du programme anarchiste. Il n’y a rien d’aussi intransigeant, d’aussi catégorique que les Idées, et nous n’admettons ni termes moyens, ni atténuation de nulle sorte. Pour cela, nous tâchons d’être dans nos écrits aussi clairs, aussi explicites que nous savons. L’Anarchie, c’est notre nord, c’est le point que nous voulons joindre et vers lequel nous dirigeons notre marche. Mais sur notre chemin il y a toute sorte d’obstacles et pour les renverser nous nous servons des moyens que nous croyons meilleurs. Si nous ne pouvons pas faire adapter notre conduite à nos idées, nous le faisons remarquer et nous tâchons de nous rapprocher le plus possible de l’idéal. Nous faisons ce que ferait un voyageur qui voudrait aller dans un pays de climat tempéré et qui pour arriver devrait passer par les tropiques and par les zones glaciales : il se fournirait de fortes couvertures et d’habits très légers, qu’il jettera de côté quand il sera arrivé. Ce serait stupide, ridicule même, de vouloir se battre avec les poings contre un ennemi bien armé et cuirassé.

De ce que j’ai dit découle notre tactique. Nous sommes anarchistes ; nous prêchons l’Anarchie sans adjectifs. L’Anarchie c’est un axiome ; la question économique c’est un chose secondaire. On nous dira que c’est par la question économique que l’Anarchie est une vérité ; mais nous croyons qu’être anarchiste signifie être ennemie de toute autorité, de tout imposition, et par conséquence, quel que soit, le système qu’on préconise, c’est parce qu’on croit que c’est le meilleur rempart de l’Anarchie, et on ne veut pas du tout l’imposer à ceux qui ne l’acceptent pas.

Cela ne veut pas dire que nous mettons de côté la discussion sur la question économique. Au contraire, nous aimons bien les discuter, mas seulement pour apporter des données pour la solution ou les solutions définitives. De bien bonnes choses ont dit Cabet, Saint-Simon, Fourier, Robert Owen et les autres ; mais tous leurs systèmes ont disparus, parce qu’ils voulaient enfermer la société dans les conceptions de leur cerveau ; cependant ils ont fait beaucoup de bien éclaircissant la grande question.

Remarquez-le ; dès le moment que vous vous proposez de donner les lignes générales de la société future, d’un côté les objections et les demandes des adversaires, d’un autre côté le désir naturel de faire une œuvre complète et perfectionnée, nous amèneront à inventer, à tracer un system qui, soyez-en sûrs, disparaître comme les autres.

De l’individualisme anarchiste de Spencer et autres penseurs bourgeois—passez-moi le mot—aux individualistes-anarchistes socialistes—je ne trouve pas d’autres expression—il y a une grande distance, comme il y a entre les collectivistes espagnols et les autres d’une autre région ; comme entre les mutuellistes anglais et américains ; come entre les communistes.

Kropotkine, par exemple, nous parle du village industriel, réduisant son système, sa conception, si l’on veut, à la réunion de petites communautés qui produisent ce qu’elles veulent, réalisant pour ainsi dire la fiction biblique du paradis terrestre avec les progrès de la civilisation en plus, tandis que Malatesta, qui est aussi communiste-anarchiste, indiquera la constitution de grandes organisations qui entr’échangeront les produits et qui augmenteront encore plus cette puissance créatrice, cette étonnante activité que déploie le dix-neuvième siècle, purgée de toute action malfaisante.

Chaque intelligence puissante signale, crée des nouvelles voies pour la société future, et fera des adeptes par la force hypnotique—si on peut dire ainsi—suggestionnant à d’autres cerveaux ses propres idées—et tous en général nous nous faisons notre plan particulier.

Convenons donc, comme nous avons fait tous en Espagne, de nous appeler simplement anarchistes. Dans nos conversations, dans nos lettres, dans nos conférences, dans nos presse, discutons sur les questions économiques, mais jamais ces questions devraient être une cause de division entre anarchistes.

[Pour notre propagande pour réussir,] pour la conservation de l’idée, nous avons besoin de nous connaître, et de nous voir et pour cela il faut constituer des groupes. En Espagne il y en a presque dans toutes les localités où il y a des anarchistes et ils sont la force impulsive de tout mouvement révolutionnaire. Les anarchistes n’ont pas d’argent ni moyens facile de s’en procurer ; pour obvier à cela le plus grand nombre parmi nous, s’est imposé une petite contribution hebdomadaire ou mensuelle ; comme ça nous pouvons maintenir les relations nécessaires entre tous les associés, et nous pourrions les entretenir avec toute la terre, si les autres régions avaient une organisations comme la notre.

Dans le groupe il n’y a pas d’autorité ; on choisi un compagnon comme caissier, un autre comme secrétaire pour recevoir la correspondance, etc., etc. On tient des réunions toutes les semaines ou tous les quinze jours ordinairement et extraordinairement toutes les fois qu’il le faut. Pour épargner des frais et du travail et aussi par mesure de prudence en cas de persécution, on convient sur la création d’une commission de relations pour la région. Cette commission n’a aucune initiative : ceux qui la composent doivent s’adresser à leur groupe s’il veulent faire des propositions. Sa mission c’est de faire connaître à tous les groups [les résolutions et les] propositions qui lui sont communiqué par un groupe, prendre [compte] de toutes les adresses qu’on lui communique et les envoyer aux groupes que les demandent pour se mettre en relations direct avec d’autres groupes.

Voilà les lignes générales de l’organisation, qui fut acceptée au congrès de Valence et dont vous parlâtes dans la Révolte. Le bien qu’elle produit est immense ; c’est elle qui attise le feu des idées anarchistes ; mais, soyez-en sûrs, si nous réduisons notre action à l’organisation anarchiste, nous obtiendrons bien peu de chose. Nous finirons par la transformer dans une organisations qui discutent sur des idées dégénèrent sûrement dans une organisation de métaphysiciens qui discutent sur des mots. Quelque chose et même beaucoup de ça vous arrive à vous autres. N’employant pas votre activité en autre chose qu’à discuter sur l’idéal, vous tomber dans les questions de mots. Les uns se disent égoïstes, les autres altruistes et ils veulent dire la même chose ; ceux-ci s’appellent communistes, ceux-là individualistes, et au font ils ont les mêmes idées.

Il faut se rappeler que la grande masse de prolétaires est obligée de travailler un nombre d’heures excessives, qu’elle est dans le plus grande misère et par conséquent ne peut pas [acheter les] livres de Letourneau, Büchner, Darwin, Spencer, Lombroso, Max Nordau, etc. dont elle ne peut guère connaître que les noms. Et si même le prolétaire pouvait procurer les livres, il manque des études préparatoires de physique, chimie, histoire naturelle et mathématique, nécessaire pour bien comprendre ce qu’il lit ; il n’a pas le temps pour étudier avec méthode, ni son cerveau assez exercé pour pouvoir bien assimiler ces études. Il y a des exceptions ; comme celle d’Etienne dans Germinal, altérées de savoir elles dévorent tout ce qui leur tombe dans les mains, mais en retiennent très peu de choses.

Notre champ d’action n’est donc pas dans le sein de ces groupes, mais dans le milieu de la masse prolétarienne.

C’est dans les sociétés de résistance que nous étudions et préparons notre plan de bataille. Ces sociétés existeront tant que durera le régime bourgeois. Les travailleurs qui ne sont pas écrivains, se soucient peu de savoir s’il y a ou non liberté de presse ; les travailleurs, qui ne sont orateurs, ne s’occupent pas beaucoup de la liberté de réunions publiques ; ils considèrent choses secondaires les libertés politiques, mais tous désirent d’améliorer leur conditions économique, tous désirent secouer le joug de la bourgeoisie ; pour cela il y aura [les syndicats et les sociétés de résistance] tant qu’il y aura exploitation de l’homme par l’homme. Là c’est notre place. En les délaissent, comme vous avez fait, elles deviennent le rendez-vous de quatre viveurs qui parlant aux travailleurs de socialisme scientifique, ou de patricisme, ou de possibilisme, ou de coopération, ou d’amasser des capitaux pour soutenir des grèves pacifiques ou de demander l‘aide et le soutien des autorités, les endorment toujours et réfrènent l’élan révolutionnaire. Si les anarchistes étaient dans ces sociétés, tout au moins ils empêcheraient aux endormeurs de faire propagande contre nous. Et si en outre, les anarchistes se trouvaient, comme en Espagne, être les plus actifs de la société, être ceux qui font tous les travaux nécessaires sans rétribution à l’envers des défenseurs de doublé qui les exploitent, il arriverait que ces sociétés seraient toujours de notre côté. En Espagne ce sont elles qui, toutes les semaines, achètent des quantités de journaux anarchistes pour les distribuer gratis à leurs membres ; ce sont elles qui donnent de l’argent pour soutenir nos publications, ou pour secourir les prisonniers et les persécutés. Nous montrons par notre conduite dans ces sociétés que nous lutions par amour à nos idées ; en outre, nous nous fourrons partout où il y a des ouvriers et même où il n’y en a pas, quand nous croyons que notre présence peut être utile à la cause de l’anarchie. C’est comme ça qu’en Catalogne (et maintenant ça commence aussi dans les autres régions de l’Espagne) il n’y a pas de commune où nous n’avons créé, ou au moins aidé, des corporations sous les noms de cercles, athénées, centres ouvriers, qui sans se dire anarchistes et sans l’être réellement, sympathisent avec nos idées. Nous y donnons des conférences purement anarchistes et mêlons avec des réunions musicales et littéraires nos travaux révolutionnaires. Là, assis à la table du café, nous discutons, nous nous voyons tous les soirs ; ou étudions dans la bibliothèque.

Là nous installons la rédactions de nos journaux, et les journaux qui viennent en échange vont dans le salon de lecture et tout ça avec une organisation libre et presque sans dépenses. Par exemple, dans le cercle de Barcelone on n’est pas même obligé d’être associé ; le sont ceux qui veulent, et la contribution de 25 par mois est aussi volontaire. De deux ou trois mille ouvriers qui viennent dans les locaux du cercle, 300 seulement sont associés. Nous pourrions affirmer que ces locaux sont les foyers de nos idées ; et cependant quoique le gouvernement a cherché toujours des prétextes pour les fermer, il n’en a pas trouvé, parce qu’ils ne se disent pas anarchistes et ce n’est pas là qu’on tient des réunions privées. Là on ne fait rien qu’on ne ferait pas dans n’importe quel café publique ; mais comme là viennent tous les éléments actifs, de là sorte souvent des grandes choses, et cela sans formalisme, en prenant une tasse de café ou un verre de cognac.

Nous ne négligeons non plus les sociétés coopératives de consommation. Dans presque toutes les communes de la Catalogne sauf Barcelone, où c’est impossible à cause des grandes distance, et de la façon de vivre,—on a créé des coopératives de consommation où les ouvriers trouvent les comestibles meilleur marché et de meilleur qualité que chez les marchands, et cela sans qu’aucun des associés regarde la coopération comme but final, mais seulement comme un moyen duquel on peut profite. Il y a de ces sociétés qui font de grands achats et ont un crédit de 50 à 60 mille francs, et qui ont été de grande utilité dans les grèves en faisant crédit aux ouvriers. Dans les athénées des messieurs—des savants comme on les appelle—on discute sur le socialisme ; deux de nos compagnons vont de suit s’inscrire comme membres (s’ils n’ont pas argent, la corporation en donne) et y vont soutenir nos idées.

La même chose fait notre presse. Elle ne néglige jamais les idées anarchistes ; mais elle donne place à des manifestes, à des communications, à des nouvelles, qui, quoique elles puissent paraître sans importance, servent cependant à faire pénétrer notre journal et nos idées avec, dans des communes ou dans des milieux où ne le connaissait pas. Voilà notre tactique, et je crois que si on l’adoptait dans les autres régions les anarchistes verraient de suite s’élargir leur champ d’action.

Pensez qu’one Espagne la majorité ne savent pas lire et cependant on publie 6 journaux anarchistes, des brochures, livres, feuilles volantes en quantité. On fait continuellement des meetings et sans avoir de véritables agitateurs, il se produit des faits très importants.

En Espagne, la bourgeoisie est impitoyable et rancunière et ne souffre pas que quelqu’un de sa classe sympathise avec nous, et quand quelque homme en position ou très intelligent se met de notre côté, on l’oblige à nous abandonner, de sorte qu’il peut nous aider seulement en privé. Au contraire, la bourgeoisie lui donne tout ce qu’il désire, s’il s’éloigne de nous. Ainsi, tout le travail en faveur de l’anarchie, reste à la charge des travailleurs manuels qui doivent prendre le temps sure leurs heures de repos.

Si en France, en Angleterre, en Italie, en Suisse, en Belgique, en Amérique du Nord, où il y a un assez grand nombre de bons éléments, on changeait de tactique, quels progrès nous ferions !

Je crois avoir dit assez pour faire comprendre mon idée.

Je suis à vous et à la Révolution sociale.

[La Révolte, 3 no. 51 (September 6-12, 1890): 1-2. ; 4 no. 1 (September 13-19, 1890) : 2.]

[Working translation by Shawn P. Wilbur.]

About Shawn P. Wilbur 2236 Articles
Independent scholar, translator and archivist.