Dictionary of Phalansterian Sociology — A

ABANDON. — L’abandon des faibles, des enfants el des vieillards est un des caractères de la civilisation empruntés à la sauvagerie. N. 109, 407, 424. — L’ordre civilisé ne pouvant produire que le mal et l’hypocrisie, est impuissant à assurer la protection efficace des faibles; l’assistance de l’enfance y dégénère rapidement en exploitation, sous le masque de la charité, et celle des infirmes et des vieillards en abus.

ABANDONMENT. — The abandonment of the weak, of children and of the elderly is one of the characteristics that civilization has borrowed from savagery. New Industrial World.109, 407, 424.—The civilized order can only produce evil and hypocrisy. It is powerless to ensure the effective protection of the weak. Support for children quickly degenerates into exploitation, under the mask of charity, and assistance for the infirm and elderly degenerates into abuse.

ABEILLE. — La ruche et le guêpier dépeignent les deux ordres politiques d’harmonie et de civilisation. Q. 429. — La ruche dépeint les trois fonctions d’industrie unitaire, production, distribution, consommation. III. 215.

— L’abeille transportée sur une île meublée de rochers nus, n’en aura pas moins attraction pour les fleurs. II. 315. — L’attraction est impulsion primordiale, indestructible chez tous les êtres de la création. L’attraction est impulsion divine.

BEE. — The beehive and the hornets’ nest depict the two political orders of harmony and civilization. Q. 429.—The hive depicts the three functions of unitary industry: production, distribution, consumption. III. 215.

— A bee transported to an island furnished only with bare rock will nonetheless be attracted to flowers. II. 315. — Attraction is a primordial impulse, indestructible in all the beings in creation. Attraction is the divine impetus.

ABONDANCE. — L’abondance résultera de l’organisation des séries passionnelles, ou régime sociétaire, qui multipliera les pâturages, les basses-cours, les vergers, etc.; développera les cultures dans toutes les zones, l’industrie et toutes les sources de la richesse. Q. 243. III. 564, 567, 568, 571. L. 19.

— En civilisation on voit l’abondance de produits à côté de la misère et de la faim, et si le peuple civilisé ne meurt pas de faim pressante, il meurt de faim lente par les privations, à côté de produits en surabondance. N. 29, 30. — On voit des peuples entiers Comme l’Irlande, en 1822, mourir de faim eu pleine paix et eu temps d’abondance. IV. 362. Dans les Indes, n’a-t-on pas ru dans ces temps derniers, des populations entières agoniser à côte de monceaux de blé.

— En civilisation la pauvreté nait de l’abondance même. N. 35. — Monstruosité économique endémique en civilisation avancée.

ABUNDANCE. — Abundance will result from the organization of the passional series, or societary regime, which will multiply the pastures, the orchards, the poultry-yards, etc. It will increase the cultivated land in all zones, along with industry and all the sources of wealth. Q. 243. III. 564, 567, 568, 571. L. 19.

— In civilization we see the abundance of products alongside poverty and hunger, and if the people of civilization do not die of the urgent need for food, they die of hunger slowly through privations, surrounded by products in superabundance. N. 29, 30. — We see entire peoples, like the Irish in 1822, die of hunger in times of perfect peace and abundance. IV. 362. Haven’t we seen recently, in India, whole populations dying beside piles of wheat?

— In civilization poverty is born from abundance itself. N. 35. — It is an economic monstrosity endemic in advanced civilization. We have a recent example of it in France, where the surplus production of wine has caused the poverty of the producers.

ABRÉVIATION. — Note relative aux abréviations dont Fourier faisait usage. A. 38.

A maintes reprises Fourier regrette d’être obligé, faute d’espace, d’abréger les sujets traités, ou de n’en donner qu’un aperçu, une ébauche. Il dit p. ex. S. 116. Le calcul des garanties que l’attraction établit entre Dieu et l’homme n’a été traité que dans 64 pages, sujet cependant plus important à lui seul que les bibliothèques philosophiques. — S. 77. Que la théorie de l’unité universelle comportait 9 volumes, et qu’il y aurait intérêt d’accélérer les 7 volumes inédits, au lieu de déprimer les deux premiers. (Traité de l’Association domestique-agricole). — S. 117. Qu’il n*a pu donner que des ébauches sur divers sujets transcendants, comme les effets de mouvements ambigu et infinitésimal. — N. 58. Qu’on n’accorde qu’un volume à l’inventeur de la science sociale, dont dépend le bonheur du genre humain. — S. 120. L’extrême brièveté sur des sujets de la plus haute importance, comme celui des attractions sociales proportionnelles aux périodes, thèse la plus vierge qui existe.

Voir les mots : Lacune, omission.

Note. — S’il faut regretter les entraves multiples que Fourier a rencontrées pour publier sa découverte dans les conditions du plan, tel qu’il l’avait conçu, on trouvera néanmoins dans les volumes de la Fausse industrie, et les manuscrits publiés dans la Phalange et les 4 volumes subséquents, tous les matériaux complétant l’ensemble de la doctrine.

 

ABSOLUTISME. — Régime qui convient à ceux qui l’exercent. N. 415.

— Les absolutistes ont pour caractère l’effarouchement, ils poussent la crainte de révolution jusqu’à la déraison. IV. 468.

Voir : réaction, obscurant.

ABSOLUTISM. — A regime that suits those who practice it. N. 415.

— The absolutists are characterized by fright; they take the fear of revolution to the point of folly. IV. 468.

See: reaction, obscurant.

ABUS. — Les abus naissent l’un de l’autre; cela est vrai en Commerce comme en Administration. Q. 376.

— En critiquant les marchands et les philosophes Fourier ne blâme pas les individus qui profitent d’un abus, mais la loi qui crée les abus. L. 88. Les lois mêmes de bienfaisance sont en civilisation une source d’abus.

ABUSE. — Abuses give rise to one another; that is as true in Commerce as in Administration. Q. 376.

— En critiquing the merchants and the philosophers Fourier does not blame the individuals who profit from an abuse, but the law that created the abuses. L. 88. In civilization, even the laws of charity are source of abuses.

ACADÉMIE. — Le tort des Académies est de se repaître de belles perspectives, sans chercher le ressort qui les réalise toutes, le régime combiné ou sociétaire. L. 4.

— Impression que laisse une séance d’Académie : L’antithèse entre les discours chantant la perfection et le bonheur du genre humain, cl lé Ilot de mendiants qu’on trouve au dehors. Vous sortez de la salle ivre de beau idéal, de vol sublime, de perfectibilités, et à lu porte vous êtes soulevé par le spectacle hideux d’un peuple cherchant avec un crochet sa subsistance dans les tas d’ordures. S. 178.

En théorie de mouvement il faut non pas des fleurs académiques, mais de la justesse mathématique el de l’intégralité. N. 298.

— L’Académie est un contrepoids simple, donc arbitraire. Dans son dictionnaire elle est juge el partie, s. 74.

— Les Académies d’agriculture sont trois cents cohordes d’aveugles conduisant trente millions d’aveugles. N. 401.

— Les 300 Académies de second ordre provinciales auraient dû spéculer sur l’Association, et en constater les avantages par forme «l’appel au génie inventif. III. 7, 12.

— Intérêts spéciaux des académies el sociétés savantes à l’application de la théorie sociétaire. S. 45.

— Devoirs des Académies. III. 276, 280, 283, 313. N. 401.

— Le moindre calembour sur l’Attraction passionnée intimidera 20 Académiciens. IV. 593. — Ils préfèrent par suite ne pas s’en occuper, si ce n’est pour la dénigrer; au surplus, il est dans la nature académique de ne pas devancer son siècle dans les hautes spéculations de l’esprit. Toute nouveauté fait peur à un Académicien.

— Les quatre sciences incertaines qui dirigent le monde social et l’égarent depuis 25 siècles, (Morale, Politique, Economique et Métaphysique) ont été éliminées de l’Institut par Bonaparte. II. 123. — Parce qu’elles sont sans application véridique, et ne font que fausser les esprits.

— Citation de Delavigne sur l’orgueilleuse ignorance des Académiciens, II. 404, 405. — Il y a déjà longtemps qu’on a dit : « Nu et ride comme un discours d’Académicien. » Ce sont, il est vrai, des modèles dans l’art de bien dire arec faconde, sans rien dire.

ACCAPAREMENT. — L’accaparement est le plus odieux des crimes commerciaux. Il spolie le corps social en créant le renchérissement des matières et denrées. Q. 354, 380. Exemples de prouesses des accapareurs. Q. 357. — Fourier raconte avoir été obligé de faire jeter à la mer 2.000 quintaux de riz. 0- 358. — Hausse factice des cotons en 1806. Q. 360. — Récemment en décembre 1904 en Amérique, Etat de Géorgie, on a brûlé 2 millions de balles de coton pour éviter la baisse. — On proposait de même au Brésil de brûler du café par surabondance de récolte. — Aujourd’hui l’accaparement va se pratiquer arec d’énormes concentrations de capitaux sous la dénomination de Trust, ce sera plus élégant. C’est le caractère en plein de la 4e phase de déclin de la civilisation.

— Les Accapareurs sont des corsaires qui ne songent qu’à appauvrir les classes laborieuses, et à les spolier en masse. Q. 406.

— Les Commerçants créeraient des famines si les gouvernements leur laissaient entière liberté: aussi ils interviennent par nécessité en tous pays, relativement au blé et au pain. Q. 366.

— Résultat bizarre’ de l’ordre civilisé; c’est que si l’on y réprime directement des classes évidemment malfaisantes comme celle des accapareurs, le mal y devient plus grand, les denrées plus rares; l’on a pu s’en convaincre sous le régime de la teneur. Q. 356. — Aujourd’hui, rien qu’à la menace d’un impôt sur le revenu qui lierait atteindre les classes capitalistes, le commerce a répondu pur une hausse générale sûr tous les produits. Et Rooseveld n’a-t-il pus dû capituler devant les milliardaires, qui lui créaient une dolente crise monétaire parce qu’il roulait enrayer les trusts. — Les mesures à prendre par les gouvernements, contre les accapareurs, consistent non pas à spolier le possesseur, mais à déclarer une denrée, dès qu’on en voit la pénurie, hors de commerce, et d’en maximer le bénéfice à un taux, déterminé. Q. 362, 364, 365.

Voir : commerce, agiotage, etc.

About Shawn P. Wilbur 2274 Articles
Independent scholar, translator and archivist.