Charles Fourier, Theory of Universal Unity: Avant-propos

NOTES: These texts form part of an attempt to compare the English translations of Fourier’s works produced in the mid-19th century with the original texts, part of the project of assessing what work remains to be done to make his basic works available in English. It will be very much in-progress for some time. In the short term, it will at least be possible to judge the quality of those early translations. 

In the second edition of Théorie de l’unité universelle, the Avant-propos is preceded by an essay “Du libre arbitre” (“On Free Will”), twelve summary chapters and various other short sections. Then the Traité de l’association domestique agricole—the main body of the work, as it appeared in the first edition under that name—begins, starting with the Avant-propos. The note on Néologie, which appeared before the Avant-Propos in the first edition, follows it in the second.


TABLE DE L’AVANT-PROPOS.

  • Prœ. Exposé succinct.
  • CITRA. État critique de la Civilisation.
  • CIS. Les partis conciliés aux dépens des bibliothèques.
  • INTRA. CADRE DE L’ÉTUDE INTÉGRALE DE LA NATURE.
  • TRANS. L’amour du mépris de soi-même.
  • ULTRA. Instructions sur les détails de l’ouvrage.
  • Post. Dualité du destin social.
  • Direction pour les 3 classes de lecteurs.
  • Supplément à l’Avant-Propos. – Les critiques en défaut sur la forme et le fond.
    Note +. Sur la vraie et la fausse association.
  • Commentaire sur la nomenclature et la distribution.
  • Conclusions.

TRANSLATION

TRAITÉ DE L’ASSOCIATION DOMESTIQUE-AGRICOLE.

AVANT-PROPOS ET PLAN DE L’OUVRAGE.

PRÆ – EXPOSÉ SUCCINCT.

CONTRE l’usage des inventeurs, tous enclins à exagérer le mérite de leur découverte, je m’efforcerai de déguiser les beautés de la mienne, les dévoiler par degrés, traiter le lecteur comme un homme opéré de la cataracte, et qu’on n’expose que peu à peu à la lumière du soleil.

[TREATISE ON THE DOMESTIC-AGRICULTURAL ASSOCIATION.

FOREWORD AND PLAN OF THE WORK.
PRE – SUCCINCT ACCOUT.

Contrary to the usage of inventors, who are all inclined to exaggerate the merits of their discoveries, I will try to disguise the beauties of mine, reveal them by degrees, treat the reader like a man operated on for a cataract, who is only exposed little by little to the light of the sun.]

[From THE PHALANX]

TRANSLATION OF FOURIER’S WORKS.

The two preceding numbers of the Phalanx contained the Introductory Discourse to Fourier’s first work entitled The Theory of the Four Movements, but the subsequent parts being of a very profound and scientific character, we defer the publication of them to a future time when our readers will be more numerous and better prepared to understand them. In the present number, we commence the publication of the opening chapters of Fourier’s great work of 1822 entitled A Treatise on Domestic and Agricultural Association, which are exceedingly interesting, and we consider very important and useful reading to give general views upon the subjects to be treated, and to prepare the mind for an understanding of the Doctrine of Association. The Societary School, founded by Fourier and his Disciples in France, has lately published a second edition of this work under the title of The Theory of Universal Unity, which Fourier stated it should have received, but which he did not give it for reasons explained in the following Introductory:

L’Association agricole, que tous les siècles avaient crue impossible, présente des résultats gigantesques en magnificence. Les démonstrations rigoureuses, les calculs arithmétiques dont ils seront étayés, n’empêcheront pas que le tableau de tant de biens ne révolte des esprits habitués aux misères de la civilisation.

Par exemple, dire que l’état sociétaire doit tripler subitement (dans l’intervalle de deux ans) le produit de l’agriculture et de l’industrie générale, de sorte que celui de France, estimé aujourd’hui 4 et 1/2 milliards, s’élèvera à 13 milliards au moins en 1825, si l’Association commence en 1823, c’est exciter le cri d’impossibilité et de vision. Cependant l’on sera pleinement convaincu, après la lecture de cet ouvrage, que, loin d’être exagérée, cette estimation est cavée trop bas.

Passant d’un prodige matériel à un prodige politique, la fusion et l’absorption des partis quelconques, j’entrevois que les défiances vont redoubler et éclater en risées, si j’avance que l’état sociétaire va absorber subitement les esprits de parti, faire tomber dans l’oubli toutes leur querelles (non par voie de conciliation directe, qui serait vraiment la chose impossible).

Ce prodige de concorde sociale naîtra de la diversion qu’opéreront de nouveaux intérêts, et surtout de la confusion dont tous les partis seront frappés, en voyant la duperie du monde social, mystifié depuis 3,000 ans par la philosophie, qui vante le travail insociétaire et la pauvreté pour se dispenser de recherches sur l’Association.

La science qui a trompé ainsi le genre humain, se compose de 4 facultés, dites métaphysique, politique, moralisme [1], économisme. Ces 4 sciences tombent à la fois devant la théorie de l’Association dont elles ont toujours dit : « Cela serait trop beau ; donc cela est impossible. » C’est ainsi qu’elles ont esquivé la tâche : le monde social est bien coupable de ne les avoir pas sommées de la remplir, toute affaire cessante.

Enfin la duperie générale est réparée, et le calcul de l’Association pleinement découvert en tous degrés (III). L’opération repose sur une seule disposition que je nommerai Série de groupes industriels, contrastée, rivalisée, engrenée : plus brièvement, Série passionnelle, définie pages II, 355 à 362, Introd. On verra dans cet ouvrage que l’Association ne peut pas s’opérer sans intervention de ce ressort.

Le débat se réduira donc à vérifier :

1°. Si la distribution par Séries passionnelles contrastées est l’ordre convenable à l’Association ;

. Quels procédés les détracteurs opposent à la Série passionnelle ;

3°. À considérer que c’est ici la seule invention assortie aux convenances des souverains et des peuples ; qu’elle seule peut leur garantir les quatre avantages suivants, entre mille :

1°. Art de rendre le travail attrayant, même pour les deux extrêmes, les Sybarites et les Sauvages ;

2°. Triplement subit de la richesse réelle ;

. Extirpation complète des germes de révolution ;

4°. Faculté d’atteindre aux richesses par la pratique de la vertu et de la vérité, qui, en civilisation, sont voies de l’indigence et de toutes les disgrâces.

 

Agricultural Association, hitherto unknown and deemed impossible, presents in theory results almost incredible in practical magnificence. The most accurate demonstrations and arithmetic calculations which support this theory, will not prevent the view of so much happiness on earth, from dazzling the minds of men accustomed to the miseries of civilized duplicity.

For instance, to affirm that general association, when established, would almost immediately, or in a very few years, treble the productions of agriculture and general industry, (so that the yearly produce of this country [France in 1820] estimated to be about 900 millions of dollars, might be raised to 2500 to 3000 millions yearly) would call forth an exclamation of “impossibility!” and yet, it will be evident to those who read this book attentively, that such a statement is below the mark of what is possible.

Passing from the industrial to the political advantages of unitary combination, the absorption of conflicting interests and party politics, I see that incredulity is likely to increase, and probably to cause a smile, when I assert that such an absorption would be rapid in Association, which would introduce new thoughts and feelings to all parties interested, and supplant old feuds by new connexions. Not, however, by direct conciliation between parties now opposed to one another; this indeed would be impossible; but, by dissolving old intrigues as new associations are established in society. This phenomenon of social concord would originate in the creation of new interests more attractive and absorbing than the old intrigues of party strife, and in the gradual perception of false principles by which “Philosophy” has mystified the world three thousand years, in lauding poverty and repugnant industry, instead of studying the laws of God, and human destiny in true association and attractive industry.

This supposed philosophy or science which has now so long misled mankind, consists of four distinct delusions termed Metaphysics, Politics, Economism and Moralism, [1] (or Moral Philosophy and Political Economy.)

These four branches of philosophy fall together and forever before the science of associative unity, from which they have for ages turned the human intellect, by false humility, proclaiming it to be impossible, because, forsooth, it was too much for man to hope for in this world; and thus philosophers have screened themselves from public odium by covering their impious scepticism with feigned humility and false appearances of modesty. The very doubt itself creates impossibility, for where a man falls into doubt he is doomed to darkness and confusion in his mind.

At length, however, the gloom of doubt is dissipated, and the damage done by false philosophy is now repaired, for the science of associative unity and human destiny is openly revealed in all degrees: The law of order, peace, and unity, has been discovered, and the superstructure of society is based upon a simple principle of mechanism termed the “passional series” or corporations of industrial groups and companies, organized on principles of unity, in contrast, emulation, and variety or alternation. It will be seen in the following Treatise that associative unity cannot be achieved without the intervention of this principle of “passional series” or corporate industrial activity, and thence the whole question resolves itself into an examination of this principle:—firstly, to examine what are the natural laws of order in the universe and consequently in society, and whether or not, the “passional series” in its variety of combinations, is the law of order in association:—secondly, what are the arguments opposed to it; and thirdly, the confirmation of the truth of this principle derived from the fact of its being the only principle that conciliates all interests without despoiling any class, and which secures the |four following advantages, as well as many others, to the human race:

1st. The art of rendering industry attractive and agreeable to all classes of society, even the two extremes of independent idlers, i e. the wealthy in civilized society and the independent savage.

2d. The art of increasing the productions of agricultural and general industry, at least threefold, by a better application of our |present means without the aid of new inventions which may reasonably be expected, as the powers of human intellect are gradually developed by superior and general education.

3d. The complete absorption of all germs of dangerous error and of revolution.

4th. The power of acquiring wealth by practical adherence to the laws of truth and virtue, which, in false society, lead those who practise them with scrupulous attention, to obscurity and poverty.

La Série de groupes contrastés est le procédé adopté par Dieu dans toute la distribution des règnes et de l’univers. Ce procédé doit, selon l’unité de système, être applicable aux relations humaines. Le problème était de découvrir la voie d’application.

Je ne propose donc pas ici un procédé inconnu ; je m’en tiens à celui que Dieu met en œuvre dans toute la nature. C’est, je pense, un titre suffisant à une confiance provisoire et conditionnelle.

Obligé de satisfaire diverses classes de lecteurs, et de me précautionner contre les plagiaires, j’ai dû faire des dispositions qui sembleront bizarres au premier coup d’œil, et qu’il faut justifier.

J’ai fait choix du titre le plus modeste : en bonne forme, il eût fallut intituler cet ouvrage,

THÉORIE DE L’UNITÉ UNIVERSELLE,

science effleurée par Newton qui en a expliqué une branche ; mais les Français, chez qui j’écris, étant inondés de systèmes sur l’unité de l’univers, me condamneraient dès le titre, si je leur annonçais une découverte sur laquelle ils ont été tant de fois abusés. L’affluence de sophistes a fait naître la défiance ; elle pèsera sur le véritable inventeur : en conséquence, je supprime ce titre fastueux ; je me borne à annoncer la branche la plus subalterne de l’unité, l’Association domestique.

Suivent deux préfaces ; l’Avant-Propos et l’Introduction.

Ce serait, réplique-t-on, déjà trop d’une, car peu de gens lisent les préfaces, et chacun dira des deux vôtres :

Je saute vingt feuillets pour en trouver la fin.

Encore ne serait-ce pas un moyen d’y échapper, car elles en remplissent plus de soixante. Essayons d’apprivoiser le lecteur avec ces deux préfaces, dont

La 1re pour les Français et nations frivoles,

La 2e pour les Anglais et nations graves.

Les lecteurs impatients qui désireraient en franchir quelques articles, ou la majeure partie, trouveront au final de l’avant-propos une table de direction pour les 3 caractères, FRIVOLE, MIXTE et GRAVE ; table qui leur indiquera les morceaux du IIe tome dont ils peuvent différer la lecture, et ceux qu’il est indispensable de lire avant de passer aux IIIe. et IVe tomes (théorie concrète).

J’ai moi-même cet usage, vicieux peut-être, de laisser quelques morceaux en arrière, et précipiter la lecture, sauf à revenir ensuite aux portions que j’ai franchies. Pour la commodité de ceux qui ont cette coutume, je leur ai tracé au POST ou Final, une marche expéditive.

La 2e préface, Introduction, est pour les nations graves, Anglais et Allemands, qui veulent prendre connaissance exacte d’un sujet neuf. Les Anglais, en théorie sociétaire, méritent une attention particulière sous double rapport.

En effet, ils ont pris l’initiative en théorie ; Newton a traité en partie du matériel de l’Attraction, dont il a négligé la branche aromale. En outre les Anglais en sont déjà aux essais-pratiques sur le problème principal d’Attraction passionnée, sur le lien sociétaire, opération à laquelle ne songent pas encore les continentaux.

Dès lors l’intention est par le fait de ma compétence des Anglais, et l’auteur doit y discuter spécialement leurs intérêts, sans perdre de vue ceux des autres nations. Tel a été mon plan dans l’Introduction où se trouve une grande note A qui concerne particulièrement l’Angleterre.

Chacun prétendra qu’à la suite de ces deux préfaces je devrais entrer franchement en matière. Ce serait trahir le lecteur, abuser de sa faiblesse : je dois lui répéter sans cesse que tout civilisé qui lit le traité de l’Association, est comparable à un aveugle opéré de la cataracte et qu’on ne doit exposer que par degrés à la lumière.

De là naît le besoin d’instructions préparatoires ou acheminements gradués dont il n’est pas possible de dispenser le lecteur ; car il faut, selon Condillac et Bacon, lui enseigner à refaire son entendement, à oublier tout ce qu’il a appris des sciences qui vantent le travail morcelé.

Il n’est pas d’idée plus neuve, plus surprenante, que celle d’associer 300 familles d’inégaux ; prétention à laquelle chacun oppose d’abord qu’on ne peut pas même associer 3 familles, encore moins 300.

Il est bien certain qu’on ne peut pas associer 3 familles : moi qui connais la théorie d’Association en tous degrés, je puis affirmer que le plus bas degré ne descend pas à 30 familles, encore moins à 3 (III). Mais l’Association peut en comprendre de 40 à 300 ; et pour expliquer une opération si neuve, si incompréhensible selon les méthodes actuelles, il faut réfuter d’abord les préjugés sur lesquels se fondent ces fausses méthodes.

C’est ce qui m’oblige à donner deux instructions préparatoires. L’une, sous le nom de Prolégomènes, traite la question du régime sociétaire en sens abstrait ; l’autre, intitulée Cis-Légomènes, traite le même sujet en sens mixte. De là nous passerons à la théorie concrète, sujet des IIIe et IVe tomes. Cette instruction graduée rend la méthode sociétaire plus intelligible.

Quelle serait la folie d’un lecteur, qui, ayant employé sa vie entière ou sa jeunesse à étudier dans 400,000 tomes philosophiques des théories d’indigence, de fourberie, de cercle vicieux, enfin de civilisation, craindrait d’employer une quinzaine à étudier quelques volumes contenant la théorie d’Harmonie sociétaire, qui va élever subitement le genre humain tout entier, sauvages, barbares et civilisés, à l’opulence, à la vérité, à l’unité sociale, et à la pleine connaissance du système de la nature, d’où nous éloignaient de plus en plus nos fausses méthodes appelées sciences philosophiques ?

Et puisqu’il est nécessaire, comme l’ont fort bien pensé Condillac et Bacon, d’oublier tout ce que ces sciences nous ont appris (avis que je reproduirai souvent), l’esprit humain ne souscrira à cette condition qu’autant qu’on lui aura démontré amplement sa duperie : tel est l’objet de ce premier volume.

Comment attaquer la vieille idole philosophique, sans heurter les préjugés et l’amour-propre ? Je ne saurai pas, dans ce rôle, user de la souplesse convenable : sera-ce un tort à me reprocher ? Loin de là, tout lecteur devra s’en applaudir ; car si j’avais la flexibilité des beaux esprits, je n’aurais su comme eux que m’engager dans les sentiers battus, et j’aurais manqué l’invention à laquelle on va devoir le bonheur universel. Il fallait, pour dérober ce secret à la nature, ce calcul des destinées, un esprit original, rétif aux méthodes et opinions dominantes : devra-t-on s’étonner de retrouver dans mon style et ma manière l’indépendance qui m’a conduit à un succès dont le genre humain tout entier va recueillir le fruit ?

L’art d’associer en industrie agricole et manufacturière 2 à 3 cents familles, tient à une méthode si éloignée des nôtres, qu’elle sera pour le lecteur un nouveau monde social. Il faut donc, dans cette étude, suivre le guide avec docilité et confiance ; envisager sans cesse le but inestimable du travail sociétaire, l’avantage d’obtenir en rente annuelle et en valeur réelle (II), trois mille écus d’un domaine qui ne rend aujourd’hui que mille écus, et 13 milliards d’un royaume qui n’en rend aujourd’hui que 4 1/2.

De tels résultats valent bien le sacrifice de quelques préjugés : tout lecteur judicieux se ralliera à cet avis, et consentira à suivre la marche que je recommanderai sans cesse NÉGLIGER LA FORME ET LES ACCESSOIRES, POUR NE S’OCCUPER QUE DU FOND ET NE S’ATTACHER QU’À UN SEUL POINT, QU’À VÉRIFIER SI LE PROCÉDÉ D’ASSOCIATION EST RÉELLEMENT DÉCOUVERT.

The principle of graduated and contrasted order in series of groups is that which God has manifested in the various orders of creation, and the distribution of the Universe; and, according to the law of universal unity, this principle should be applied to the relations of humanity: the problem being to discover what this law of order is, in the creation, and the means by which it is available to practice in society. It is not a strange, then, or an unknown principle, which I propose for general consideration, but a law which God has manifested in all Nature. This alone entitles it to the respect of man, and is sufficient to protect me from the charge of arbitrary speculation There are, however, circumstances of divergency and discord in the minds of men by which I am surrounded, that oblige me to proceed with caution in developing these principles to men of different classes in society and variously trained by education; and some of my proceedings may seem strange to those who do not think of F. in such cases, or believe it unnecessary. For instance: I have adopted an imperfect title for my book, which should have been entitled,

THEORY OF UNIVERSAL UNITY,

A science that was partially commenced by Newton, who discovered the laws of material attraction or gravitation; but the French nation, in whose language I write, having been nauseated with imaginary systems of “universal unity,” would condemn the book from its very title, if it announced the discovery of a principle, regarding which they have so often been deluded. The multiplicity of false pretenders to this science has created general suspicion, which at last must fall upon the real discovery, as well as upon false pretensions: consequently, I have deemed it prudent to suppress the real title which might seem ambitious, and adopted that of an inferior branch alone, of my discovery; i.e. “Domestic and Industrial Association.”

I have also adopted the precaution of proceeding gradually through a long critical introduction to prepare the minds of different classes of readers for a due understanding of universal principles. This critical introduction is prefaced by two preliminary essays or discourses: the first being adapted to the French nation more particularly and to persons of a frivolous turn of mind, and the second to the English nation and to persons of a serious character. At the end of the First Part, I have given a Table of such parts of the work as are specially adapted to different characters of mind; the frivolous, the superficial and the serious or the trifling, the mixt and the thoughtful. This table will show the impatient readers which parts they may by at first in their hurry to arrive at the conclusion, and which parts are not to be passed over without rendering what follows more or less obscure. it is no doubt a bad habit to hurry over any part of a serious treatise, but some persons cannot control it. I have myself contracted this habit in some degree, from an impatient desire of seeing the conclusions, and with the intention of returning to the parts passed over, if the book be interesting as a whole.

The Second Part of the preliminary discourse is more especially addressed to nations of a grave and serious turn of mind, such as the English and the German, who may wish to acquire a complete knowledge of the subject. The English nation is entitled to particular attention in connexion with this subject, and for two reasons:

In the first place one of their countrymen, Sir Isaac Newton, commenced the study of universal attraction of which he discovered that portion which relates to the gravitation of matter, (one: half, only, of the material branch, which includes aromal and material attraction or expanding and contracting gravitation;) and secondly, they have lately turned their attention to practical association, which is a problem of passional attraction, or social unity and gravitation not yet thought of (in 1820) by the continental nations. For these reasons, the English are prepared for the discovery of the principles of universal attraction, and the application of these principles to moral and industrial unity, or passional gravitation in society, and it is my duty to attend to their interests especially without neglecting those of other nations. Such has been my object in the Second Part of this preliminary discourse to which I have appended some observations more particularly interesting to the English nation than to any other at the present time.

After wading through a long preliminary discourse in two parts, it may be deemed advisable by some to enter boldly and without reserve into the heart of the subject; but such a course of proceeding would not be prudent, as the reader’s mind could not be, even then, sufficiently familiar with the principles on which the theory of association is constructed. The subject is so novel and so little understood, that, as I said before, the reader who has had his mental vision darkened by the film of false philosophy, must be regarded as a person from whose eyes a cataract has been removed by surgical assistance, and whose sight must gradually be exposed to the strong light of day, as it improves in health and vigor, to support the rays directly from the sun. Graduated and preparatory doses of instruction are thus rendered necessary, that the reader may unlearn the notions of a false philosophy by which the minds of all have been in some degree deluded, and the understanding cleansed from error, that the principles of truth may be imbibed with ease and natural consistency.

Nothing is more novel and surprising to the present generation, than the idea of associating three hundred families of different rank and station in society, in one Phalanx of united interests and habitation, and the first objection that occurs to the mind of an uninitiated person is the known difficulty or impossibility of uniting even three families in one association. This objection shall be duly answered, however, and every other, in the course of our proceeding, but we cannot answer it all at once.

It is quite true, that three families could not be harmonized in unity or in association. I, who am familiar with the theory of universal unity, and with the principles of passional attraction, and association in its various degrees, from twenty years’ uninterrupted study, am able to assure my readers that the lowest possible degree of real harmony in social combination could not be realized with thirty families, much less with three; but with any number between forty and three hundred families (not individuals) associative unity is practicable. To render this fact comprehensible, by new developments of principle, I must refute the errors of philosophy which prejudice the mind against new views of truth that do not harmonize with preconceived opinions.

Would it not be unreasonable for a person who has passed a great part of his life in studying innumerable and contradictory systems of philosophy, which lead to nothing but the endless miseries of false civilization, to object to spend a day or two in reading the refutation of these errors as a means of understanding the new developments of principle, by which the human race may be emancipated from the evils of false science, and almost| immediately raised from poverty to wealth, from vice to virtue, and from falsehood to the truth of genuine refinement and religious unity? and also into a true knowledge of the laws of God and Nature, from which the mind of man has been diverted by the aberrations of a false philosophy?

The object of the first volume of this general treatise is to neutralize the errors of philosophy, and shew the sophistry by which society has been deluded and immersed in temporal and spiritual destitution; but this can only be effected as the understanding is remodeled by new views of truth, and gradually freed from prejudice and error. But how are we to destroy the idols of philosophy, without offending minds imbued with prejudice and vanity shall not be able to conciliate false pride by flexible politeness and forbearance. Nor do I reproach myself for this want of convenient pliability of temper. Had I possessed the flexibility of flattering conformity to pre-established notions, I should not have ventured from the beaten tracks of thought, and should have missed, in consequence, the discovery of those principles to which the world will owe its elevation from degrading misery to universal happiness. To discover this law of unity, the science of human destiny, hitherto concealed in mystery, an original mind was necessary—a mind which was not to be subdued by false philosophy and reigning prejudices and opinions. The reader may expect, therefore, that the style and manner of such a mind will partake of that independency of spirit which first led to the discovery.

A spirit of servility, or feigned respect for the authority of long-standing errors of opinion, would ill become a systematic refutation of delusive science and philosophy.

The art of associating several hundred families in one Phalanx of united agricultural and manufacturing industry, involves a method of proceeding so entirely different from what is known at present in society, that it will seem to those who read of it in theory, a new industrial and social world. It will be necessary, therefore, for the reader to abstain from forming hasty judgments, and to follow with docility the guide to this new world, considering first the great advantages to be obtained by this new system of associative industry; and then, the possibility of realizing such a state of things: to bear in mind that if the principle be true, the first result in practice will be triple increase, individually and collectively, of wealth and comfort, besides the numerous advantages of moral and religious elevation that will flow from unitary discipline. A property that now affords a rent of only five hundred dollars will then, produce three times that sum per annum, and the produce of a kingdom which is now but some nine or ten hundred millions yearly will become thirty hundred, millions: These results are worth the sacrifice of prejudice; and thence I hope the reader will not dwell upon asperities of style, but follow my advice, and

Study first, the general advantages to be obtained in practice from associative unity; and then,

Examine carefully the principles, in theory, to learn if they be true in all respects, and the discovery of the associative art be really complete in its details.

[1] Je dis moralisme et non pas morale, car il n’est rien de plus louable que les préceptes qui prêchent la moralité et les bonnes mœurs ; mais le moralisme ou esprit de controverse, manie sophistique en morale, est une science aussi nuisible que les 3 autres sciences philosophiques ; c’est d’ailleurs la plus contradictoire des quatre, depuis qu’elle prêche l’amour du trafic et l’amour de la vérité.

« Serpentes avibus geminentur. tigribus agni. »

Saint Chrysostôme pensait qu’un marchand ne saurait être agréable à Dieu. À cette époque la morale avait du moins l’honneur de ne pas heurter de front la vérité, en prônant les marchands : elle n’était que doctrine sophistique, mais non pas fautrice du mensonge et de ses légions.

[1] I say Moralism and not Morality, for nothing is more praiseworthy than the precepts which preach morality and good morals; but moralism or spirit of controversy, a sophistical mania in ethical subtleties, is as vague and arbitrary as the other three branches of false science.


CITRA. – ÉTAT CRITIQUE DE LA CIVILISATION.

Le monde policé n’eut jamais un besoin plus pressant d’inventions utiles. Il est affligé de quatre fléaux tout récents, qui viennent aggraver ces antiques misères. Ce sont :

  1. La nouvelle peste et ses croisements [1]
  2. L’intempérie continue, effet du déboisement ;
  3. L’esprit révolutionnaire, difficilement comprimé ;
  4. L’accroissement des dettes publiques et de l’agiotage.

À ce quadrille de calamités matérielles et politiques, il faut ajouter un fléau pire encore ; c’est la charlatanerie scientifique, vice plus fâcheux à lui seul que les quatre précédents, car il entrave la découverte des remèdes, et même la recherche, en décorant du titre de perfectionnement l’état civilisé qui engendre tant de maux.

Une secte, qu’on peut nommer la coterie des perfectibiliseurs, ne cesse de vanter les progrès de la raison moderne. À en croire ses jactances, il semble que le génie social soit parvenu aux dernières limites de la science, parce qu’il a raffiné les controverses d’idéologie et d’économisme.

Pour toute réponse aux chantres de perfectibilité, ne suffit-il pas de leur citer le quadrille de fléaux très récents que je viens d’énumérer ? À ne parler que d’un seul des quatre, de la pénurie financière, où en trouver le remède ? Sera-ce dans les sciences politiques ? Leurs subtilités n’aboutissent qu’à accroître les dettes publiques. Aussi les pays qui ont le plus produit d’économistes sont-ils les plus endettés. Voyez la France et l’Angleterre.

La dette de France, en budget fiscal, ne s’élève qu’à 4 ou 5 milliards ; mais si on veut consulter l’opinion qui réclame une indemnité pour les propriétaires dépossédés et les classes froissées par les révolutions, l’on verra qu’aux 4 ou 5 milliards de dette fiscale, il faut ajouter 7 à 8 milliards de dette révolutionnaire ; total, 12 milliards.

On se dissimule cette vérité, parce qu’on ne sait où puiser la somme nécessaire à combler un tel déficit. Une nouvelle science va résoudre ce problème. L’Association domestique-agricole garantit le triplement du produit effectif de l’industrie générale ; c’est-à-dire que si la France, en régime de culture morcelée ou civilisée, produit environ 4 1/2 milliards, elle donnera, je l’ai dit plus haut, de 13 à 14 milliards effectifs en régime sociétaire. Dans ce cas, il sera plus aisé d’imposer et prélever 2 milliards, qu’aujourd’hui un seul.

Ainsi, dès que l’industrie sociétaire sera organisée, la France éteindra facilement, en douze années, sa dette évaluée à 12 milliards. On l’acquittera tout en procurant à la masse un dégrèvement relatif DE MOITIÉ sur l’impôt habituel ; car le tribut de 2 milliards sur un produit annuel de 14, est inférieur d’environ moitié au tribut d’un milliard et plus, imposé sur 4 1/2 milliards.

Ce n’est là qu’un des bienfaits qu’on va devoir à l’Association, dont nos sciences philosophiques ont si longtemps retardé la découverte, par leurs prestiges d’impossibilité. On verra dans cet ouvrage qu’il y avait seize voies d’avènement à l’état sociétaire. Quelle duperie à l’âge moderne, d’ajouter foi à ces sophistes qui, pour soutenir leurs théories de morcellement et de subdivision ruineuse, persuadent que les découvertes nécessaires sont impossibles, et, sous ce prétexte, détournent de toute recherche quand il y a 16 moyens d’arriver au but.

D’autres sciences, les mathématiques, la physique, la chimie, font des progrès réels ; et loin de s’enorgueillir, elles avouent qu’il reste encore beaucoup à faire. La philosophie moderne adopte une marche contraire ; plus elle voit les fléaux s’envenimer, plus elle vante son orviétan de perfectibilité dont l’épreuve, après 30 ans de révolutions, prouve qu’on n’a rien à en espérer, et qu’il faut chercher dans quelque science neuve des antidotes efficaces contre les nouvelles calamités.

Il est des inventeurs qui mettent à prix la communication de leur découverte : en livrant gratuitement la mienne, je suis bien fondé à imposer au lecteur une condition facile à remplir, c’est de se soumettre à des instructions préparatoires.

Elles sont indispensables : tous les esprits sont plus ou moins viciés par les idées philosophiques ; ceux mêmes qu’on pourrait croire antagonistes de cette science et qui l’attaquent dans leurs écrits, sont encore tout infatués des préjugés d’impossibilité et autres qu’elle a accrédités.

Des hommes bien pensants et qui se prononcent franchement contre la philosophie, ont donné tête baissée dans ses doctrines sur l’insuffisance de la Providence, et sur l’incompétence de Dieu en direction du mécanisme social. On ne s’aperçoit pas de cette bévue, où tombent innocemment les personnages les plus religieux : ils sont eux-mêmes fort éloignés d’entrevoir cette erreur, dont ils se convaincront, IIe tome, Ire partie, 3e notice.

S’ils croyaient PLEINEMENT à l’universalité de la Providence, ils seraient persuadés qu’elle a dû pourvoir à tous nos besoins ; qu’elle n’a pas pu oublier le plus urgent, celui d’un mécanisme régulateur de nos relations industrielles et domestiques.

Je ne parle pas de relations administratives : le tort de la science est de s’être depuis 3000 ans engagée dans les controverses d’administration, qui ne servent qu’à exciter des troubles. Elle devait s’exercer exclusivement sur l’organisation domestique, sur l’art d’associer les ménages isolés, et d’atteindre aux économies colossales, aux énormes bénéfices que produirait cette association (IIIe., 2e partie, 4e notice).

Une telle étude n’aurait porté ombrage à aucun gouvernement : tous désirent de voir l’industrie se perfectionner, augmenter le produit, et par suite les voies et moyens d’imposition.

Il est assez connu que l’Association domestique-agricole, si elle était possible, donnerait des bénéfices gigantesques ; le Créateur ne l’a pas ignoré : or, quelle peut être à cet égard son intention ? Lorsqu’il a statué sur nos relations industrielles, il n’a pu opter qu’entre l’état sociétaire ou l’état morcelé (IV). Lequel des deux modes nous a-t-il assigné ? S’il a opté pour l’état sociétaire, comme on devait le présumer, il fallait procéder à la recherche des lois qu’il a dû faire sur l’Association. Pour peu qu’on se fût exercé sur ce problème, on serait bien vite parvenu à la découverte (II).

Mais cette recherche ne convenait point aux sophistes, dont elle aurait fait suspecter les 4 sciences, politique, métaphysique, moralisme et économisme. Pour sauver cette controverse, ils ont enseigné l’insuffisance de la Providence, et persuadé qu’elle n’a réglé nos destinées sociales qu’à demi, qu’elle n’a rien statué sur l’ordre des relations domestiques-industrielles.

De là vient que personne n’a songé à faire des études sur l’Association, qui est nécessairement le mode voulu par une Providence économe. Les esprits civilisés sont obstrués de préjugés sur cette question et sur une foule d’autres qui en dépendent, notamment sur l’unité de l’univers ou analogie universelle, dont la théorie, indiquée à l’article PIVOT INVERSE (III), fera tomber dans l’oubli les controverses philosophiques, par sa propriété de plaire et instruire sans exciter ni troubles, ni débats sophistiques.

Examinons plus en détail les quatre fléaux récents, d’où je conclus à l’urgence d’une découverte qui vienne au secours du monde matériel et du monde politique, l’un et l’autre également déclinants.

THE CRITICAL STATE OF CIVILIZATION.

The civilized world never was so much in need of a true social science as at present. . Its miseries of permanent endurance have been deeply aggravated by additional evils of a recent date: material and political.

Material Evils of Modern Origin.

  1. The new Pestilence, and its commixture with the old.
  2. The derangement of climates and seasons, from denuding hills and mountains of their forest wood.

Political Evils of Modern Origin.

  1. The spirit of reaction in the masses against Government authority.
  2. The increase of National debts and gambling speculations on false credit.

To this quadruple influx of political and natural evils, we must add another, worse than all, which is the evil of false science that perverts the human understanding, and not only does not lead to the discovery of truth, to remedy existing evils, but confirms the mind in error and delusion by adorning with the title of superior refinement, a false state of progress which engenders evils heretofore unknown to man in civilized society. The self-styled “rational philosophers” are constantly repeating in our ears the “unexampled progress of inductive science and of modern rationality,” as if the genius of man had scaled the heights of wisdom and explored its deepest depths, by running through the endless mazes of political economy and metaphysical analysis.

To answer this delusive “rationality” we have but to examine facts, which are allowed to be most stubborn things. What have the philosophers to say to the enormous and increasing modern evils I have mentioned? To dwell on one of these new evils only, the alarming increase of national debts, where are we to look for a remedy? Is it to the modern science of political economy? This, so far from furnishing a remedy, endeavors to persuade us that the evil is itself a blessing to society, and ought to be increased as we progress in national importance: Where it flourishes preeminently as a science in authority, the national incumbrances have been increased prodigiously within the last half century: witness France and England.

The National debt of France, acknowledged by the Government, is some ten hundred millions; but according to strict justice and the general opinion, those who have been robbed of their estates and their emoluments, by revolutionary movements, are entitled to a full equivalent, which would increase the public debt fifteen hundred millions more, making a total of some twenty-five hundred millions of dollars, as a National debt.

This fact is overlooked, because the means are wanting to do justice to all parties, and therefore one class of interests is sacrificed unmercifully. The new science would remove this national injustice. Industrial association would enable France to pay off all just debts, by trebling the general production of the country; and four hundred millions yearly of taxation would be raised more easily from a production equal to thirty hundred millions, than the present two hundred millions of an annual budget from ten hundred millions of dollars of net revenue. In twelve years after associative unity had been generally organized, France might thus pay all her public debts, by doubling the annual amount of taxes, which would still be less oppressive than at present, for the general production would be treble, while the taxes would be doubled only: a tax of four hundred millions on thirty hundred, would be lighter than a tax of two hundred millions on ten hundred.

But that is only one of the numerous advantages that would result from the establishment of general association, deemed impossible by modern science and philosophy. It is, however, so far from being impossible, that in this treatise we shall prove that many ways are open to humanity for realizing it in practice.

It is true that some of the sciences have really progressed in modern times; for instance, Mathematics, Chemistry, and Natural Science or Philosophy; but far from boasting of perfection in these sciences, the men that cultivate them most, admit that much remains to be discovered yet, in all true knowledge. Not so, however, with philosophy: the more society is sunk in temporal and spiritual destitution, the louder and more frequent are the boastings of economists and politicians, and philosophers in general. Many truly religious persons also, notwithstanding their abhorrence of sceptical philosophy, have been deluded by its sophistry and led into the errors of false doctrine which imply the insufficiency of Providence in social mechanism, and the non- intervention of Divinity in the direction of society. The most religious persons have been thus deluded by philosophy, without being conscious of the errors universally embraced. Those who firmly believe in the universality of Providence must admit that it extends to all the wants of man on earth, and that God cannot possibly have left society without a law of truth and unity to guide it in its most important and natural functions, the relations of domestic and industrial economy.

I do not dwell on the relations of government and general ad- ministration, as the leading error of philosophy has been, for some three thousand years, to mix up and confound the principles of progress in society, with mere administrative policy and party feeling, which can only lead, as it has ever done, to discord and collision. The object of progressive science is to benefit humanity; and what is wanting now is the fraternal unity of all the human family. To aid religion in effecting this, true science should apply itself particularly to the art of organizing industry and individual households, in one unitary bond of interests and discipline, that the enormous increase of production, in addition to the vast economies of unitary combination, might emancipate mankind, in some degree, from slavish labor, and allow a superstructure of religious happiness to be constructed on the basis of industrial pleasure and security. Such a study can offend no government, for all would gladly see the sources of production multiplied, that peace and plenty might ensure stability.

It is well known to those who have reflected on the subject, that associative unity would multiply the powers of production very greatly, if it were but possible in practice; and as that fact must evidently be well known to God, it is our duty to inquire, with all sincerity of heart and mind, into the laws of his Divine Providence and Wisdom with regard to this important fact. As far as we are able to discern, there are but two fundamentally different modes of organizing our industrial relations in society, which are, the associative and the separative, or the unitary and the individualized. Which of these two is that designed by God, as the industrial destiny of man? Under the Curse, the separative and repugnant, evidently; but, under the reign of peace and righteousness, the associative and attractive. It is the duty, then, of science, to attend to the commandment of the Word, and “seek first the kingdom of God and His righteousness;” the laws of Divine truth and Providence with regard to human destiny; and this will lead inevitably to the problem of associative unity, as its solution.

But such a study is not suitable to false philosophy, which leads us to infer from human ignorance, the insufficiency of Providence, or that Divine Wisdom has not pre-established laws of order and unity for the domestic and industrial relations of society: and hence it is, that men have not reflected seriously on the laws of general association, which alone accord with unity and peace on earth. Our understandings have, on this and many other important branches of true knowledge, been obscured by prejudice, particularly with regard to that of universal correspondency in natural and spiritual things, or universal unity, the theory of which long-lost science, now recovered, and partially to be explained in this treatise, will inevitably supersede the arbitrary notions of philosophy, by rendering instruction both agreeable and easy, while secure from angry disputation and vain sophistry.

FLÉAUX MATÉRIELS. 1°. La nouvelle peste et ses croisements. L’on se croit à l’abri en voyant le fléau confiné en Espagne, borné à ravager les côtes de Cadix à Barcelone ; mais en dépit des quarantaines, la fièvre jaune arrivera quelque jour au Havre ou à Douvres, et le lendemain à Paris et Londres, car elle règne de plus en plus dans les deux Amériques, sans que la médecine ait acquis de connaissance fixe ni sur la nature du mal, ni sur le remède à y appliquer.

D’autre part, la peste du Levant doit se renforcer par l’influence qu’on vient de rendre aux Ottomans, qu’il eût été si aisé de détruire en 1821, et presque sans coup férir.

Le typhus des Nègres et des Blancs est une perfectibilité naissante. Il prendra de l’activité quand il se sera croisé avec les autres pestes. On assure que déjà il redouble, par ses croisements, la malignité de la fièvre jaune.

Le choléra-morbus arrive d’Orient ; il a déjà pénétré à Bagdad ; il marchera à pas de géant sous la tutelle de nos aimables alliés les Ottomans, qui, par fatalisme et malpropreté, auront bientôt croisé cette peste indienne avec l’égyptienne, et toutes deux, réunies à la fièvre jaune et au typhus, formeront des mariages de perfectibilité. Entretemps, l’Europe chante le perfectionnement : il suffirait de cette seule calamité pour la désabuser ; nous allons en signaler 3 autres.

À cette perspective on oppose une ombre de bien ; on observe que la petite vérole est combattue avec succès par la vaccine. C’est un petit avantage à mettre en balance avec d’énormes désastres : nous opérons comme un général qui ferait mille prisonniers sur l’ennemi, quand l’ennemi lui enlèverait 3 à 4 mille hommes. Comment notre siècle, sans cesse raisonnant de balance et d’équilibre, ne s’aperçoit-il pas qu’en matériel comme en politique, si le bien fait un pas en avant, le mal en fait quatre et souvent dix ? J’aurai souvent occasion de lui rappeler ce plaisant résultat de ses théories de balance, contre-poids, garantie, équilibre.

2°. L’intempérie croissante, effet du déboisement. Les saisons n’ont plus de cours régulier ; elles ne présentent que des excès monstrueux, des transpositions pernicieuses qui font décliner les cultures, et relèguent par degrés l’olivier vers le Midi. La cause de ce désordre, la dévastation des forêts, s’accroît en tout pays, et l’agriculture est menacée du plus sinistre avenir.

On a tant publié de jérémiades sur ce sujet, que je n’ai rien à ajouter aux tableaux du mal, sinon qu’il naît des incidents mêmes qu’on juge favorables. Après une série d’années rigoureuses depuis 1816, l’hiver très-doux de 1822 et le printemps précoce donnaient lieu de croire à une restauration climatérique : ce n’est qu’un désordre de plus. La planète, après plusieurs hivers prolongés jusqu’en juin, depuis 1816 à 1821, a fini par sauter un hiver entier en 1822 ; nouvelle calamité qui nous a valu des légions de rats, de chenilles, etc., des sécheresses prématurées et obstinées, des ouragans multipliés, dont les ravages ont frappé non pas un ou deux cantons, selon l’usage, mais 20 et 30 à la fois sur un même point, et donne, après tant de belles apparences, une récolte des plus médiocres.

Ce fléau, joint au précédent, suffit à constater le désordre matériel et l’urgence d’un moyen de restauration générale du matériel : mais comment nos physiciens le découvriraient-ils, quand ils n’ont pas même posé en principe la nécessité de le chercher, pas même spéculé sur l’hypothèse de restauration générale composée, dont je donne les tableaux à l’Introduction (note A, II) ? Qui d’entre les savants songerait à chercher les voies du bien matériel, quand aucun d’entre eux n’a su s’élever à en calculer les effets, ni en matériel, ni en politique ?

[from the Morning Star]

THE MATERIAL ELEMENTS OF DECLINE.

1stly…. The Plague and its additional complications.

1. The inhabitants of Northern Europe think themselves secure from the effects of this pestilential disease, because it has been generally confined to the coast of Spain, but in spite of quarantine regulations, the yellow fever will sooner or later be imported to England and France, for it is becoming more and more prevalent in the West Indies, while medical men are still ignorant, both of the nature of the malady and the means of curing it.

2. The old pestilence peculiar to the Levant is likely to become more prevalent in Europe, since the increase of intercourse between the Turks and the Christians.

3. The typhus fever, which decimates both the negro and the while population of America is another specimen of modern perfection, which is already said to increase the malignity M the yellow fever.

4. The cholera morbus is approaching from the East. It has already reached Bagdad, and will no doubt be speedily transmitted to us through the medium of our amiable allies, the Turks, who, from their filthy habits and blind belief in fatalism, will soon have allowed the Indian and the Egyptian plagues to unite, and these two united to the typhus and the yellow-fever, will form a compound of pestilential elements, and a new plague of more malignant and disastrous effects than any of the simple infections. These are the material results of our present system of progress, and our philosophers are deluding themselves and the public with declamatory twaddle about progress. This one positive symptom of decline is enough to undeceive all thinking people; but we will enumerate three others.

As a set-off to these positive signs of decline, great stress is laid on partial degrees of progress, such as the discovery of vaccination, which has almost entirely neutralised the effects of the small-pox. That is certainly an advantage, but it is not enough to counterbalance the very serious evils which are rapidly increasing around us. The general of an army might as well boast of having taken a thousand prisoners in the field of battle, after losing several thousands of his own men, as for, statesmen to boast of progress in the present state of things. How is it that the statesmen of the present age, who are constantly talking of the balance of power and the progress of civilization, do not perceive that both the political and the material world are receding ten times as much of the one hand as they are progressing on the other? I shall often have occasion to remind them of this curious result of their learned theories concerning the progress of commerce and the balance of power.

2ndly: The insalubrious effects of injudicious culture and the destruction of forests. The seasons are now completely deranged in their alternations; they are subject to sudden transitions and periodical excess which cause permanent injury to the culture In Europe. The chief cause of these pernicious irregularities and inclemencies of the seasons, is the reckless manner in which the great mountains in Europe have been deprived of their forest wood. This one blunder alone will be the cause of very serious injury to the agricultural interests of Europe so long as it remains unrepaired; and as that is not likely to be very soon, we have nothing but an increase of bad harvests to expect for a long time to come.

There has been already so much said on this subject that it would be difficult for me to make the picture worse than it has been made by others, unless I add that the evil is often increased by those unexpected seasons which are generally deemed favourable. For instance; after a series of bad seasons from 1816 to 1821, the mild winter and the early spring of 1822 were mistaken for a return to a healthy state of alternation in the seasons, but the result proved the contrary. After experiencing a series of winters which were prolonged to the month of June, our planet seemed in 1822, to have had no winter season; and this irregularity was the cause of an Immense increase of vermin, in addition to premature and persevering droughts and innumerable hurricanes, Which devastated, not two or three parishes here and there, but whole provinces; so that, after all the fine appearances of crops, and the high expectations of the people, the harvest was one of the most indifferent.

These multiplied irregularities, and their disastrous consequences sufficiently prove the material derangement and decline of our planet, and the urgency of a general system of progressive improvement, but how are our natural philosophers to discover a remedy which they never think of looking for? Which of our philosophers is likely to speculate concerning the causes of decline and irregularity in the material functions of our planet, when none of them has ever yet thought of calculating and classifying the mere effects of evil, either in the physical or in the political department?

The political world is evidently not less diseased than the physical world, as we shall clearly show in our next article.

FLÉAUX POLITIQUES. Les plus récents et les plus saillants, dettes publiques et révolutions, naissent l’un de l’autre. Les Esculapes sociaux n’ont su jusqu’ici qu’aggraver ce double mal ; ils n’ont inventé,

Contre les dettes nationales, que le gouvernement représentatif, qui, d’après l’expérience, a la propriété d’accroître les impôts, les dettes et les commotions politiques ;

Contre les révolutions, qu’un système répressif qui les fait renaître de leurs cendres. Il eût fallu absorber l’esprit révolutionnaire dans de nouveaux intérêts, assez puissants pour faire tomber dans le mépris les chimères démocratiques : tel sera l’effet de l’Association.

Loin de procéder ainsi contre l’esprit révolutionnaire, la politique ne sait lui opposer que la science du dey d’Alger, la répression, quoique divers opérateurs (III), aient prouvé qu’on peut employer avec succès le mode mixte ou fusion. Il restait aux uns et aux autres à s’instruire sur le mode harmonique ou substitution (III).

Ce n’est que dans le régime sociétaire qu’ils en peuvent trouver les voies. Dès le moindre essai de l’Association, et même dès l’apparence de tentative, on verra tomber à plat ce faux libéralisme, contre lequel s’escriment les cabinets et les congrès. Il sera frappé de ridicule comme trahissant les intérêts personnels et collectifs de tous. La classe qui s’attribue des vues libérales sera convaincue de n’avoir pas même connaissance de l’esprit libéral, caractère très-honorable, mais dont la civilisation n’offre aucun type. On en verra la preuve aux articles II, III, IV, et autres, où il est démontré que le vrai libéralisme doit se concilier avec toutes les formes de gouvernements civilisés, ne spéculer que sur les améliorations industrielles, et jamais sur les changements administratifs ni sur les déplacements de fonctionnaires. C’est l’opposé du libéralisme civilisé, qui ne tend qu’à décréditer l’administration, s’installer à sa place, et laisser la besace au peuple, après l’avoir leurré de régénération.

Le 4e fléau, l’art de décimer et dévorer l’avenir.

L’accroissement des dettes publiques et de l’agiotage est une calamité si notoire et dont les progrès sont si rapides, qu’elle suffirait seule à confondre les sciences économiques. J’aurai lieu d’en traiter dans une foule d’articles ; suspendons jusque-là.

Un vice qui se rattache à ces 4 fléaux, c’est de prétendre y remédier par un fléau pire encore, la charlatanerie scientifique ou licence accordée aux systèmes incertains, qui, loin d’être compatibles avec l’expérience, engendrent tous les maux opposés aux biens qu’ils ont promis. Le tort principal de la politique moderne est de ne pas astreindre les sophistes à une responsabilité expérimentale, à une peine afflictive en cas de démenti donné par l’expérience.

La philosophie, qui a tant disserté sur la responsabilité des ministres, n’a jamais dit mot de celle qu’on devrait imposer à ses légions de sophistes. Un code pénal sophistique aurait guéri le siècle de la manie des systèmes incertains, et dirigé les écrivains à la recherche des inventions utiles. Notre siècle, riche de bel esprit et de subtilités, s’est montré bien pauvre de sagacité dans la police des sciences.

Je me suis borné à citer pour symptômes de périclitation matérielle et sociale, 4 fléaux récents ; j’aurais pu décupler le tableau, ainsi qu’on le verra dans le cours de l’ouvrage : mais c’en est assez pour une première apostrophe aux champions de perfectibilité, qui ne sauraient nier cette quadruple dégénération. J’en signalerai une foule d’autres, dont les analyses tendront à ramener sans cesse l’attention sur l’objet spécial qui doit être de vérifier (Præ) :

1°. S’il est probable que l’Association puisse donner en effectif le triple produit, selon les estimations des Cis-Légomènes ;

2°. Si la méthode que je décris aux IIIe et IVe tom., sous le nom de Série passionnelle et Phalange de Séries, est apte à former et consolider le lien sociétaire.

Ces deux points une fois démontrés, l’acquittement prochain des dettes publiques et l’indemnité des lésions de révolution seront pleinement garantis. Sans l’Association l’on ne pourrait atteindre aucun des deux buts, et les indemnités que l’on allouerait s’élèveraient à peine au quart de la véritable dette, qu’on n’oserait pas reconnaître en plein, faute de moyens pour y faire face et l’amortir.

Par exemple, en accordant à un émigré le prix de vente de ses domaines, on ne lui donnerait peut-être que le 10e de sa créance réelle ; car ces sortes d’immeubles ont été la plupart vendus pour le montant du produit de deux récoltes, ou pour la valeur des coupes de forêt, des matériaux d’édifices démolis. Le dédommagement, en le stipulant à prix de vente, serait donc borné au 10e ; encore que de délais à redouter si une guerre venait absorber les ressources fiscales !

Tout injustes que seraient ces évaluations, l’on y aurait été réduit sans la découverte inespérée du mécanisme sociétaire. Combien ceux qui ont de pareilles réclamations à former doivent bénir l’invention qui va fournir des moyens d’indemniser complètement toutes les parties lésées, y compris les ecclésiastiques et les créanciers spoliés par des remboursements en assignats, hors de transactions commerciales.

Mais pour s’initier à cette précieuse théorie de l’Association, je répète qu’il faut s’affranchir des préjugés philosophiques répandus partout, et dominants jusque chez ceux qui s’en croient les ennemis. Ces préjugés sont vraiment un péché originel dans tous les esprits civilisés, une souillure qu’il faut effacer par d’amples instructions préliminaires, objet de ces Prolégomènes.

À part la nécessité d’attaquer les doctrines philosophiques, on peut dire que la théorie d’Association est une science toute conciliante, en ce qu’elle enseigne l’art d’enrichir la masse sans froisser aucun individu. Elle servira les sophistes mêmes, qui feront aisément le sacrifice de leurs 400,000 volumes en considération des bénéfices rapides qu’ils vont obtenir dans l’état sociétaire, et du charme de connaître le calcul des destinées, le système de la nature, dont ils n’osaient pas même espérer la découverte.

Quant aux autres classes, elles pourront, après la lecture de cet ouvrage, se convaincre que le plus riche sybarite ne peut pas, en civilisation, s’élever un seul jour au degré de bonheur dont jouira, dans l’état sociétaire, le moindre cultivateur ; thèse qui sera démontrée à la rigueur, T. IV, liv. 4, Son. 8e. On peut, au tome III, chap. 24, s’assurer que je ne me trompe pas en estimation de bonheur.

Le moindre essai de l’Association sur une centaine de familles et un tiers de lieue carrée, suffira à prouver que les sophistes n’ont jamais eu aucune notion régulière sur le bonheur social, non plus que sur la vérité, la liberté et l’économie dont ils se disent les oracles. Après cet essai, eux-mêmes seront si confus de leur prétendue science et de l’industrie morcelée dont elle est l’apôtre, que le nom de philosophe sera renié par quiconque pourra s’en défendre.

Au reste, l’épreuve de l’Association ramènera tous les partis à l’indulgence et à la modestie, en prouvant que si les philosophes sont pauvres de génie inventif, leurs antagonistes le sont de même, pour n’avoir pas su remplir la tâche qu’esquivaient les sophistes, ni déterminer la destinée industrielle et domestique, l’Association, où seize routes pouvaient les conduire (II) (indépendamment de diverses voies secondaires que je n’ai pas dû mentionner (II), en tableau des voies primordiales).

Et le siècle, après de telles négligences, après ce retard de l’étude la plus urgente, ose vanter ses progrès vers la perfectibilité ! opposons-lui sans cesse l’humilité de ses propres chefs (Devises en tête de l’avant-propos). Tous confessent l’inanité de leur science, et l’égarement de cette raison qu’ils ont cru perfectionner ; tous, enfin, s’accordent à dire, avec leur compilateur Barthélemy : « Ces bibliothèques, prétendus trésors, etc. »

Il n’est que trop vrai : depuis 25 siècles qu’existent les sciences politiques et morales, elles n’ont rien fait pour le bonheur de l’humanité ; elles n’ont servi qu’à augmenter la malice humaine, perpétuer l’indigence, et reproduire les mêmes fléaux sous diverses formes. Après tant d’essais infructueux pour améliorer l’ordre social, il ne reste aux philosophes que la conviction de leur impéritie ; le problème du bonheur public est un écueil insurmontable pour eux.

Cependant une inquiétude universelle atteste que le genre humain n’est point arrivé au but où la nature veut le conduire, et cette inquiétude semble présager quelque grand événement qui changera notre sort. Les nations, harassées par le malheur et trompées cent fois par les jongleurs politiques, espèrent encore et ressemblent à un malade qui compte sur une miraculeuse guérison. La nature souffle à l’oreille du genre humain, « qu’il est réservé à un bonheur dont il ignore les routes, et qu’une découverte merveilleuse viendra tout à coup dissiper les ténèbres de la civilisation. »

La théorie sociétaire va justifier cet espoir, assurer à chacun cette aisance graduée qui est l’objet de tous les désirs. Les sciences n’ont rien fait pour le bonheur social, tant qu’elles n’ont pas pourvu au besoin principal, au besoin de richesse graduée, assurant au pauvre un MINIMUM DÉCENT. La théorie sociétaire ne serait qu’un nouvel opprobre pour la raison, si elle ne nous donnait que de la science et toujours de la science, au lieu de nous donner la richesse qui est notre premier besoin, notre vœu le plus unanime.

Quant à la civilisation d’où nous allons enfin sortir, loin d’être destinée sociale de l’homme, elle n’est qu’un fléau passager dont les globes sont affligés durant leurs premiers âges : elle est pour le genre humain une maladie d’enfance, comme la dentition ; maladie qui s’est prolongée sur notre globe au moins 20 siècles de trop, par l’inadvertance et l’orgueil des philosophes anciens qui dédaignèrent toute étude sur l’Association et l’Attraction passionnée. Bref, les sociétés sauvage, patriarcale, barbare et civilisée, ne sont que des sentiers de ronces, des échelons (II, 33) pour s’élever à un meilleur ordre, à l’Harmonie sociétaire qui est destinée industrielle de l’homme, et hors de laquelle les efforts des meilleurs princes ne peuvent aucunement remédier aux malheurs des peuples.

C’est donc en vain, Philosophes, que vous auriez amoncelé des bibliothèques pour chercher le bonheur, tant qu’on n’aurait pas extirpé la souche de tous les malheurs sociaux, le MORCELLEMENT INDUSTRIEL ou travail non sociétaire, qui est l’antipode des vues économiques de Dieu.

Vous vous plaignez que la nature vous refuse la connaissance de ses lois : eh ! si vous n’avez pas pu, jusqu’à ce jour, les découvrir, que tardez-vous à reconnaître l’insuffisance de vos méthodes, comme l’ont fait les auteurs cités plus haut, et invoquer une nouvelle science, un nouveau guide ? Ou la nature ne veut pas le bonheur des hommes, ou vos méthodes sont réprouvées de la nature, puisqu’elles n’ont pu lui arracher ce secret que vous poursuivez.

Voit-on qu’elle soit rebelle aux efforts des physiciens comme aux vôtres ? Non, parce que les physiciens étudient ses lois au lieu de lui en dicter ; et vous n’étudiez que l’art d’étouffer la voix de la nature, d’étouffer l’Attraction qui est interprète de la nature, et dont la synthèse conduit en tout sens à la formation du lien sociétaire.

Aussi, quel contraste entre vos bévues et les prodiges des sciences fixes ! chaque jour vous ajoutez, Philosophes, des erreurs nouvelles à d’antiques erreurs, tandis qu’on voit chaque jour les sciences physiques avancer dans les routes de la vérité, et répandre sur l’âge moderne autant de lustre que les billevesées philosophiques ont répandu d’opprobre sur le dix-huitième siècle.

TRANSLATION

[1] La peste, qui n’était que simple, est à présent quadruple :

1°. L’ancienne peste ottomane, ou peste du Levant ;

2°. La fièvre jaune, ou nouvelle peste d’Amérique ;

. Le typhus, qui tient rang de peste européenne ;

4°. Le choléra-morbus, ou peste indienne, qui fait des progrès et gagnera bientôt la Turquie et l’Afrique.

Ce quadrille de peste démontre que si la civilisation tend à la perfectibilité, comme elle s’en flatte, elle y tend à la manière de l’écrevisse, en affaires matérielles ainsi qu’en affaires politiques. Il est évident qu’elle recule devant le but, en croyant y arriver.

[1] The plague which was formerly simple in Europe, is now quadruple.

1st. The ancient place of the Levant.

2d. The yellow fever or American plague.

3d. The typhus fever or European Plague.

4th. The cholera morbus or East Indian plague, which is rapidly progressing westward; and will soon reach Asia-Minor, Africa and Europe.

(This was written in 1820; and in 1832, it was substantiated by the fact, as it had been predicted.)

This quadruple increase of the plagues and their commixture prove that if our boasted progress towards perfectibility in civilized refinement be examined critically, it must be admitted to be like the progress of the crab, its emblem, and that, politically and materially, society moves backwards in depravity, believing it moves forward to perfection.

About Shawn P. Wilbur 2300 Articles
Independent scholar, translator and archivist.